Avertir le modérateur

La sexualité du pervers narcissique

sexualite PN.jpgDe nombreux témoignages sont venus confirmer mon intuition personnelle concernant la sexualité du pervers narcissique.


J'ai pu observer une très grande propension aux déviances sexuelles essentiellement de type masochistes ou dominantes.
Leurs déviances peuvent se révéler lors de la rencontre avec sa victime et peuvent être totalement ignorées de l'entourage légitime.


Le déséquilibre du manipulateur pervers vient ici s'exprimer encore plus librement avec le « consentement » actif de sa victime.

En écoutant ces témoignages et en analysant ce que j'ai pu personnellement vivre, j'en viens à me demander si le pervers narcissique ne règle pas ses comptes avec sa mère dans le secret de la relation perverse avec sa victime afin de préserver son image de fils parfait, d'équilibre, voir de retrait auprès de sa famille officielle.
Il semble qu'il y ai une escalade dans les besoins sexuels du pervers narcissiques puisqu'il n'arrive jamais à régler ce conflit intérieur.
Il lui en faut toujours plus, et il en exige toujours plus de la part de sa complice involontaire.
Sous l'emprise du pervers narcissique, et pour conserver le lien puissant qui la lie à lui, la victime va réellement devenir « complice » et peut même devancer, stimuler, participer activement à ses caprices sexuels.
La victime risque d'avoir l'impression de ne jamais en faire assez, ou de ne pas être assez douée pour le satisfaire. Situation dont il tirera profit pour exiger encore plus.

J'ai eu le témoignage de cette femme, K, dont l'amant pervers narcissique l'avait entrainé à vivre des relations échangistes et d'un exhibitionniste extrême allant s'exprimer des des lieux improbables. Il exigeait d'elle des relations dans son lieu de travail (une classe de cours), imprimant ainsi tout son parcours de vie de son empreinte indélébile.
Il s'amusait également à créer des situations où sa femme légitime, son ex amante et K se trouvaient ensemble, avec lui...
Où ce psychopathe, L, qui, aux yeux de sa femme et de ses amis, est un « impuissant » notoire, n'ayant aucun goût pour la sexualité, mais qui, avec sa victime devenait insatiable et provoquait des situations aussi burlesques que scandaleuses afin de pouvoir assouvir ses pulsions. Même sur son lieu de travail, observant au travers d'une vitre sans teint les clients, tout en sachant sa femme et ses fils dans la voiture familiale à dix mètres de là, en train de l'attendre pour se rendre à l'office religieux, et se « libérer » comme un gosse qui fait une bonne farce.
Où celui-là qui assène à sa victimes des insultes dévalorisantes mais est aussi dépendant d'elle qu'elle ne l'est de lui.

Étonnant système de co-dépendance qui rend encore plus difficile la libération.
L'un est addicte de l'autre et inversement.

Nous pouvons retrouver régulièrement une contradiction dans le fait de se mettre en danger dans des situations limites et également de mettre en place des stratagèmes incroyables pour couvrir leurs mensonges.
Comme si le pervers narcissique voulait que tout explose, à son insu, afin de n'avoir plus à se cacher.
Incapable d'assumer sa réalité, il semble mettre en place des situations, actes manqués,  faisant courir le risque d'être finalement découvert.
Pourtant, c'est son pire cauchemars!
Si l'image du pervers narcissique tombe, sa vie même s'écroule !
Un pervers narcissique en danger peut devenir imprévisible et réellement dangereux. Il peut même tuer pour préserver ce qu'il peut appeler son honneur!
Et en même temps, il semble ne pas capable de l'assumer son mensonge sa vie durant.
Il faut convenir que cela demande une attention permanente que de jongler ainsi avec ses différentes réalités ainsi que celles des autres.

 

Suite et témoignages: Le Blog


Geneviève Schmit
06.43.43.15.79


Cabinet de Psychothérapies Brèves à Paris 17ème et en Seine et Marne

 

Mail

Consultations aux cabinets de Paris et de Seine et Marne
Soutien psychologique par téléphone - France - Belgique - Canada


cabinet-hypnose.fr - blog d'actualité sur les thérapies alternatives - paris-emdr.fr - paris-hypnose.fr - paris-tabac.fr - pervers-narcissiques.fr - Manipulateurs le Blog


Commentaires

  • Bonjour,
    je crois avoir été manipulé par un pervers narcissique marié qui me disait qu'il n'était pas heureux en ménage et voulais quitter sa femme pour moi.
    Il n'éprouvait jamais de plaisir au cours de nos relations sexuelles. Il aimait qu'etre dominant. Nous en avons eu dans des endroits impropables, lieu de travail... etc. Il m'a une fois appelé "salope" au cours d'un moment intime...
    D'autres choses me reviennent petit à petit... Une rumeur courait sur notre relation au travail et il avait l'air d'en etre satisfait. Tout ça pour dire, que je pense qu'il ne voyait que comme un objet... J'ai tout arreté quand mon instinct m'a dit que j'étais en danger... mais il est difficile d'oublier... Pour ma part, cette relation n'a durée que 4 mois mais a déja fait dommage... J'avais l'impression de devenir comme lui en utilisant le chantage pour me protéger ou en répondant mal pour me défendre... Ma nature aimerait voir quelque chose de bon en lui, peut etre pour me rassurer qu'il m'a aimé ou pour me sentir moins humiliée...

  • J'ai subi également des violences sexuelles et des humiliations, ainsi que les pires insultes, impensables pour un homme qui aime sa femme. Lorsque j'ai commencé à me rebeller, la violence a redoublé. Dévalorisation, humiliation, objet pour cet homme, j'essaie de me reconstruire.
    Si vous tombez sur un pervers narcissique, sachez qu'il se servira de vous pour servir sa petite personne, vide et totalement dénuée d'empathie ; le pire, il se fera passer pour la victime. Au début de la relation vous sentirez une sorte de malaise inexplicable et à ce moment là il est encore temps de partir, sinon vous irez tout droit vers la dépression. Pour celles qui hésitent encore, fuyez !

  • Bonjour
    je viens de rompre avec une jeune femme Pervers Narcissique.
    C'est en lisant un article sur internet que jais fait le lien et reconnu parfaitement son profil.
    Bien que l'on soit pas ensemble, j'en étais très amoureux et ceci depuis quatre ans.
    Elle a bien sur joué la dessus en insistant qu'elle désirait qu'une relation d'amitié, alors qu'elle faisait tout pour me séduire :habits sexys, dragues, compliments, sous entendus ...
    Quand on faisait l'amour elle atteignait toujours le coit et avait, ce que l'on pourrait appeler une bonne connaissance de son corpos et de celui de l'homme.

    Il fallait toujours que je lui demande pour que l'on fasse l'amour. Plus j'en avais envi plus elle espaçait les rencontres. Elle prenait plaisir a avoire parfois à lui supplier , et ensuite à essuyer un refus et en être frustré...

    Aussi j'ais remarqué qu'elle aimait regarder les films érotiques, souvent à caractères sadomasochistes, plusieurs hommes faisant l'amour à une femme; m'a avoué avoir des fantasmes zoophile (avec un chien...) aimée des scènes en extérieur exhibitionniste, appréciait la sodomie et surtout à inverser les rôles...

    Les moments ou l'on faisait l'amour étaient généralement bien orchestré , comme préparé à l'avance et je l'avoue ne manquaient pas de piments...

    enfin voilà.... elle m'a bien humilié, manipulé , utilisé mais il y quand même eu de bons moments ...

  • Bonjour,

    Je laisse un commentaire ici, comme une trace de ce qui m'est arrivée au sein d'une petite PME.
    Je travaillais depuis déjà 2 ans dans cette PME sans qu'aucun éléments tangibles de manipulations ne se révèlent mais avec des mécanismes de protection de ma part mis en place inconsciemment. Je donnais peu d'informations sur mes loisirs ou sur ma vie privée en générale. Mon patron me rendait un peu mal à l'aise inexplicablement; c'est quelqu'un que je trouvais "beau" ou plutôt dont le charme ne me laissait pas indifférente. Je suis en couple et lui aussi...
    Voilà qu'un jour, il y a environ un an, lors d'une soirée il m'embrasse et me dit "tu m'excites" ! Point de départ de la descente aux enfers. Après plusieurs mois, il finit par me faire sauter le pas (sans vilain jeu de mot) en se montrant toujours très intéressé par moi. Son comportement était toute fois ambigu, ambivalent mais je n'avais pas du tout compris ce qui se passait à l'époque, donc je le laissait me "manipuler". Après 4 mois de relations malsaines, je veux crever l'abcès car je me crois amoureuse de lui et le lui fait savoir. Quelle joie sur son visage en cet instant, il affiche un radieux sourire et rétorque "merci cela fait toujours plaisir" !! Après cela nous n'avons plus eu de relations sexuelles (au sens strict exactement plus de pénétration), il me disait qu'il fallait arrêter en m'embrassant encore au bureau (oui le bureau bien sûr c'était son terrain de jeu). Il me faisait culpabiliser, je ne comprenais pas son comportement et je reportais la faute sur moi. J'étais dans un état de doute, d'angoisse insurmontable. Ses explications : "je ne fais pas exprès de te faire souffrir". Courant février voyant mon mal être et ayant peut être peur de me voir "dégoupiller", car il a quand même très gros à perdre, il me dit en confidence "je suis amoureux de X, nous ne serons jamais ensemble". Je mets encore plusieurs mois à comprendre ce qui s'est passé, des mois pendant lesquels je suis encore très déprimée. Bizarrement, il continue à me toucher, à m'appeler pour parler de sexe, pour se masturber en écoutant ma voix. J'ai fait des choses dont jamais je ne me serais cru capable, des choses bien évidemment que je regrette maintenant. J'étais demandeuse de rapports sexuels qu'il me refusait, il y avait des attouchements mais pas de pénétration. Lui se mettait tout nu car il a une tendance exhibitionniste, il m'a également traitée de "salope".
    En recherchant sur les pervers et le harcèlement, je suis tombée sur la fiche du pervers narcissique, cela colle incroyablement avec sa personnalité et tous ses agissements.
    Ce qui est curieux c'est qu'il ait déjà une "victime" puisqu'il est en couple, récemment il s'est pacsé et sa conjointe est désormais enceinte!! Il peut donc multiplier les victimes ?
    Bien qu'ayant compris, j'ai du mal à me détacher de l'emprise qu'il a sur moi, car je travaille toujours pour lui. J'ai peur qu'il n'y ait pas vraiment de solutions si ce n'est de ne plus le voir et de couper tout lien avec lui. Il me faut de la force pour m'extirper du jeu.
    C'est une épreuve très difficile, j'ai pensé au suicide pour la 1ère fois de ma vie dans la période de doutes où il m'avait plongée. Maintenant, je vais un peu mieux, il me faut rassembler mes forces ... Je ne peux en parler à mon entourage car j'ai l'impression de mettre moi-même piéger et d'avoir contribuer à cette situation intolérable.

  • Clara,
    Tout comme toi je suis dans la tourmente.
    Je te suggère de mulitplier les entretiens d'embauche évidemment dans la plus grande discrétion.

  • clara

    j'ai lu votre histoire ... qui m'a beaucoup touché
    tellement proches de toutes nos histoires ....
    oui certains PN "cumulent" les victimes ...
    ils "papillonnent" et ne se focalisent pas sur une seule proie , ils sont plus rares ... et moins décrits sur les forums ou dans les livres ... mais ils existent eux aussi.
    celui qui a croisé ma route est comme ça, il a plusieurs proies en même temps. ...très, très séducteur ... et très, très destructeur ... en quelques mois ... il ne reste que 6 mois, 9 mois au max avec une femme... souvent plusieurs femmes en parallèle ... le temps qu'il "choisisse" laquelle serait "la proie idéale" "la plus maléable" "la plus contrôlable" ou alors jusqu'à ce qu'une nouvelle proie fasse son apparition au bureau ou via des amis ou via internet ...

    vous devez FUIR, c'est la seule solution
    si vous ne vous sentez pas assez forte pour être indifférente à son petit "manège" (seule l'indifférence les écarte, les maintient à distance et ce n'est pas facile)... et continuer de le le voir tous les jours au bureau ...d'autant plus que votre situation est encore plus compliqué car c'est votre patron
    car il ne vous laissera pas en paix ... jamais ...
    il reviendra vous tourner autour, vous relancer ... dans quelques semaines, mois (ils sont patients, très patients ...)
    tant qu'il sentira qu'il a de l'emprise sur vous
    et de l'emprise ils en ont ... longtemps
    cherchez un autre travail ... très discrètement, mais cherchez activement
    et surtout faites vous aider d'un psy (psy cognitive + hypnose ericksonienne)
    cela vous aidera à faire face, à lui faire face ... en attendant un nouveau poste et surtout à ne pas replonger
    et également à parler à votre entourage (amis, famille)
    ne pas garder cela pour vous.

    la honte est un sentiment que nous partageons toutes, nous victimes, mais rappelez vous que le "mal" le "vilain" ce n'est pas vous, mais le pervers narcissique.
    vous aviez une faille (une faille pas un défaut !)
    il est celui qu'il l'a vu, repéré, utilisé pour vous manipuler, vous faire du mal, vous faire souffrir ... cette souffrance le nourrit, le glorifie ... dans son esprit malade.

    notre entourage a du mal (beaucoup de mal) à comprendre ... ce processus, cette séduction, cette emprise, nos réactions et actions ...
    les PN arrivent à nous faire faire des choses, des actes, des paroles, nous ne sommes plus nous mêmes ...
    il faut l'avoir vécu pour le comprendre.
    il faudra expliquer, re-expliquer, mettre des mots, des termes durs parfois ... on vous dira "mais tu exagères ?!"
    non vous n'exagérez pas ! vous dîtes la vérité !

    ma psy me fait beaucoup de bien, elle m'a aidé à comprendre, à accepter, à parler, à mettre les mots, à faire face

    je croise mon PN (ainsi que sa nouvelle "conquête"-proie) tous les jours au bureau moi aussi ... mais c'est un collègue. il m'a fait beaucoup souffrir et m'a plongé à une époque dans un grand désarroi (cependant je n'ai jamais pensé à quitter mon travail ou des idées encore plus noires comme le suicide)

    j'ai les ressources suffisantes (et également avec l'aide/le soutien de ma psy) pour le voir tous les jours au bureau et il ne peut pas m'attaquer ou me mettre en danger sur mon travail. donc je ne partirai pas mais toute le monde n'a pas cette "chance".

  • Autant de témoignages touchants et poignants pour se rappeler et ne jamais oublier même si il n'est pas toujours évident de rester objectif lorsque l'on tombe sur ce genre d'individus auxquels nous nous sommes malheureusement attachées.

  • Bonjour,

    Ca ne fait que quelques semaines que j'ai enfin diagnostiqué l'homme de toutes mes obsessions comme PN. Un comble pour une psy... Je me pardonne néanmoins cette lenteur de réaction, car, au delà de toutes les souffrances et questionnements, j'ai appris et j'apprends toujours énormément à son contact.
    Je suis pleine d'ambivalences à son sujet. D'un côté, quand je lis toutes les discussions, ça me fait peur, et je me dis qu'il faut que je cesse toute rencontre avec cet homme. Je passe mes journées à penser à lui, à attendre qu'il me fasse un signe, qu'il daigne répondre à un mail...Ces attentes deviennent des obsessions que je ne peux contrôler. Et maintenant que j'ai bien daignostiqué le problème, je n'arrête pas de lire à ce propos. Donc, je pense encore à lui...
    Quand j'arrive au fil du temps à me détacher (env 3-4 semaines), il réapparaît et je ne peux lui résister longtemps. Il me stimule intellectuellement (il est chercheur dans un domaine qui m'intéresse)et sexuellement (tout en restant assez soft mais très centré sur l' auto-érotisme et la verbalisation de ses fantasmes pendant l'acte sexuel).Ce qui correspond moins à vos descriptions, c'est que pendant l'amour, il peut être tendre aussi, et j'ai l'impression (vraie ou fausse) que c'est le seul moment où il y a une connexion avec son coeur.

    C'est cela que j'ai du mal à lâcher: la stimulation intellectuelle et sexuelle. J'ai une espèce de fascination pour cet être, au delà de ma volonté.
    Dans un même temps, j'en arrive à un moment de ma vie où je ne veux pas vraiment former un couple, ou en tout cas, pas un couple "traditionnel".
    Donc, dans un certain sens, il correspond à mon attente actuelle.
    Je pourrais vous dire encore bien des choses, mais ma question est celle-ci: Suis-je moi-même "perverse"que pour prendre tant de plaisir avec un PN?

  • J'ai besoin d'aide...je pense etre victime d'un PN mais je n'arrive pas à y mettre un terme définitivement car j'en suis complètement dépendante et surtout très amoureuse...

  • Je n'ai pas de légitimité professionnelle pour vous dire si vous êtes, ou non, perverse pour "prendre tant de plaisir avec un PN", mais je peux partager avec vous mon expérience.

    Peu importe le genre de couple que vous souhaitez former (traditionnel ou non, à deux ou plus, pour une semaine ou pour la vie), ce qui compte c'est ce que vous ressentez. Le fond, pas la forme. Et ce qui ressort de votre témoignage c'est essentiellement de la souffrance et du tourment. A la lecture de votre témoignage, on peut se demander si vous pensez que stimulations intellectuelle et sexuelles vont de pair avec la souffrance? Et si cette dernière est inévitable pour trouver du plaisir et de l'exaltation dans la compagnie d'un homme?

    Une relation "fonctionnelle" se crée à deux : cet homme, existe-t-il pour vous? En tant qu'homme tout bête. Pas en tant que figure mythique, presque divine, pourvoyeuse de sensations merveilleuses. Et vous, existez-vous pour lui? Vous considère-t-il comme une femme, une compagne qu'il respecte ou comme un objet?

    Je me permets de vous poser la question, parce que les PN adorent les faire-valoir, que ce soit dan leurs conversations, leur vie sexuelle ou dans leur activité professionnelle. L'autre n'existe qu'en tant qu'objet, sur un mode totalement utilitaire. Ils nient votre unicité, ils nient le fait même que vous soyez séparés de lui (ce qui, au départ, provoque un vertige assez grisant.) --> Il est l'univers, il est le tout, vous êtes une partie du tout et n'avez donc pas d'existence propre, donc pas de souffrance propre, donc pas de besoins propres, donc pas de volonté propre. Donc ne vous attendez pas à ce qu'un jour il vous respecte, s'il s'agit bien d'un PN : il ne sait pas que vous existez. Ne vous attendez pas à ce qu'il trouve et reconnaisse vos limites, à ce qu'il les respecte : il ne sait pas où il commence et où il finit. Ne vous attendez pas à ce qu'il panse vos blessures, il a les siennes à exorciser et elles priment sur tout. D'autant qu'il a la fâcheuse manie de délocaliser son mal-être et sa souffrance : partout où vous saignez il pense qu'il ne saigne plus. Plus il contrôle votre douleur et moins il ressent la sienne...

    Une des raisons qui m'ont poussée à fréquenter un PN est une réelle compulsion à "souffrir pour l'être aimé" : j'avais appris étant jeune qu'aimer et être aimée étaient indissociables du fait de souffrir et, plus spécifiquement, du fait de de se prêter à un agresseur psychique affamé et sans limites, dans l'espoir (totalement illusoire) que mon don, mon ultime preuve d'amour, serve à "réparer" cette personne et me permette de me faire aimer d'elle.

    Et là, vous voyez, ce n'est pas de la perversion, mais "simplement" les séquelles d'une enfance douloureuse.

    J'ai vécu une relation analogue à celle que vous décrivez : je trouvais mon compagnon extrêmement "stimulant", intellectuellement et sexuellement parlant, mais aussi curieux, ouvert, sociable, brillant... oui, il m'arrivait de m'inquiéter du fait que je ne lui trouvais aucune qualité humaine (compassion, gentillesse, prévenance, tendresse...) ou que les seuls moments où il pouvait être doux avaient lieu lors de nos rapports sexuels (et précédaient ou suivaient quelque chose de douloureux ou qui me mettait mal à l'aise) mais je cessais rapidement d'y penser. Chaque fois que quelque chose en lui ou de lui me déplaisait, me faisait mal ou m'alarmait, vite, je l'effaçais. Un mécanisme de la psyché quasi instantané, très puissant, et furtif. J'oubliais. L'intensité des émotions (espoir, vertige, passion) qu'il provoquait en moi servant également d'anesthésie générale.

    La vérité, pourtant, c'est que je haïssais cet homme. (Et pourquoi aurais-je aimé quelqu'un qui me faisait tant souffrir? Et, qui plus est, en restant totalement absent à ma douleur?) Et non seulement je le haïssais mais en plus je le méprisais : quand bien même il était plus que compétent dans son domaine, à quoi pouvait bien lui servir son érudition si elle ne le rendait pas humain? Sensible au cœur de l'autre? Depuis quand l'intelligence exonère-t-elle quelqu'un de son humanité? Et non seulement je le haïssais et le méprisais, mais je dus également me rendre compte que je n'avais jamais pris de plaisir "par" lui : oui, j'avais ressenti du plaisir avec lui, dans le sens où mon cerveau et mon corps, super dopés à l'espoir que mon opération "réparation" fonctionne enfin avec un double de mon agresseur, généraient de manière continue un déferlement d'hormones du plaisir. Quelque chose de fou, de purement exaltant, qui avait la possibilité de me déconnecter de moi-même (et, malheureusement, de mon bon sens). Mais "par" lui, par quelque chose qu'il avait dit ou fait pour moi, juste pour moi, JAMAIS. (Sachant bien évidemment qu'un compliment en lien avec son domaine d'expertise, donc quelque chose qui le touchait LUI, ne compte pas ou qu'un orgasme perdu dans un rapport conflictuel, donc qui lui plaisait à LUI, non plus.)

    Aussi ma question est-elle la suivante : prenez-vous réellement du plaisir (au sens noble du terme : qui fait du bien, qui construit, qui guérit) avec cet homme? Par ce qu'il vous dit, ce qu'il fait pour vous, ce que vous partagez? Ou tirez-vous simplement du plaisir du fait d'avoir l'impression de compter à ses yeux, du fait de penser que vous pourriez peut-être lui faire comprendre quelle personne formidable vous êtes et qu'il serait fou de rester PN et de passer à côté de vous? En d'autres termes : c'est lui qui vous fait plaisir ou c'est ce que vous projetez sur lui?

    Je n'ai pas de conseil à vous donner, simplement prenez soin de vous. Dans l'absolu et parce qu'un vrai PN ne le fera jamais.

    Juliette

  • Juliette, merci de votre commentaire si lucide et sincere. Je me suis reconnue a plusieurs endroits, mais surtout aux manques affectifs d'une enfance douloureuse qui fait que l'on veut transformer le mauvais en bon...a jamais afin d'etre enfin reconnue, appreciee, aimee, choyee, etc.

    Je crois que je suis plus ou moins guerie car j'ai eu un entretient avec mon ancien compagnon PN. Je suis tombee dans ces conversations de couple qui tournent a vide, mais je ne me suis pas impliquee emotivement, donc j'en sors lucide et me felicitant d'avoir encore un fois cru a la bonte inherente des gens et peut-etre a leur capacite de devenir positifs.
    Bon j'ai bien vu que je me suis trompee d'adresse, je ne suis pas tombee dans ses elans de me culpabiliser, ni cede a son charme, ni a ses avances.

    Je crois que je m'en suis tiree pas mal. Jusqu'a la prochaine...car celui-la il ne lachera jamais.

  • Bravo au merveilleux témoignage de Juliette qui explique clairement ce qu'un PN et surtout clarifie de ce qui se trame et se joue dans la RELATION avec un PN.
    J'ai eu une relation extraconjugale avec un PN, pendant un an.La relation a été très intense car en même temps de l'émoi amoureux, elle générait beaucoup d'émotions fortes et principalement de la souffrance, mais aussi de la frustration et de la culpabilité.Le PN a lui aussi besoin d'émotions mais de celles des autres parce que lui est vide :il est un vampire affectif.
    De tout les témoignages lus, j'ai tout connu.
    Les jours heureux de la séduction qui petit à petit laissent s'infiltrer les premiers SMS et mails laissés sans réponse, les reproches bénins, des jours sans nouvelles, le cloisonnement de la vie personnelle qui devient de plus en plus floue et impénétrable, les phrases anodines qui assassinent,le mensonge, l'infidélité à répétition "suggérée" au début puis franchement exposée, les exigences et la violence sexuelles, la manipulation mentale et surtout l'attente infinie de l'amour...
    Le pire fut que cet homme là évolue dans le cercle du développement personnel:tout se retournait contre moi, moi qui était moins "élevée" spirituellement que lui.
    J'ai rompu il y a 5 mois.
    Le deuil de la relation est très long à faire car il faut faire plusieurs deuils successifs et avoir plusieurs prises de conscience pour ne pas replonger.
    Pour ma part, j'ai compris pourquoi j'ai rencontré cet homme: il est venu mettre fin à ma blessure originelle, le rejet.Je venais , dans cette relation,rejouer des scénarios de rejet, de violence que j'avais connu enfant...
    Oui on est effectivement dans une relation de plaisir mais exclusivement au service du PN et son plaisir suprême est la souffrance de l'autre.
    Non, il ne font jamais plaisir à l'autre gratuitement, il faut qu'il y trouve un intérêt, un plaisir personnel.Il s'arrangent, surtout dans les premiers temps, de caler leurs plaisirs exactement sur les nôtres pour faire croire à la relation idéale.C'est diabolique.
    Le seul grand plaisir que j'ai eu c'est d'être amoureuse folle et c'est tout.
    Maintenant, je sais que je suis libérée de cette relation mortifère et qu'il peut bien me relancer encore (déjà fait), je sais que cette personne ne m'aime pas et cela suffit à fermer mon coeur.
    Pourtant, si j'écris ce soir c'est qu'il reste encore une seule chose qui n'est pas réglée :être reconnue comme victime.Et c'est là où l'on sent que l'on a été piégée jusqu'au bout...Nos connaissances communes ne peuvent s'imaginer qui il est vraiment et c'est totalement vain que de le dire devant un être qui paraît si inoffensif, affable, débonnaire, sensible (!).
    Et c'est dans ce sens que l'accompagnement d'un psy aide à la réparation de la souffrance psychique et à la reconnaissance du statut de victime.
    Et quand, enfin, on sort de ce mauvais film, on se sent neuve et à nouveau ouverte à la vie, et libre.
    Bon courage
    Jeanne

  • bonjour à toutes et a tous parce quils y a des hommes qui subissent cela aussi;
    Jai 37ans,une fille de 14ans je viens de ma séparer "de corps" et de lieu de celui que je peux nommer aujourd'hui,pervers narcissique;
    Je l'ai su en séance avec une hypnothérapeute pour une phobie sur la conduite au plus fort,il y a 2mois,et des états ou je me sentais devenir folle, et avais le peur meme d'une hospitalisation, je venais de faire ce quon appelle un "burn out",ma mere est venue me voir dans la maison de cet homme ou je vivais depuis deux ans et demi,je suis repartie avec elle et ma fille,pour 6jours d'arret maladie ou cela a été trés dur,pas d'état dépressif selon les medecins,mais la confirmation quil fallait que je prenne vite des decisions pour ne pas sombrer dans la dépréssion.
    je vivais donc chez lui a 80 km de mes amis et famille,javais trouvé du travail, trés beau logement de 160mc en face de la mer, belle voiture, ma fille aimait son collège,c'est beaucoup pour elle que je ne suis pas partie,pour ca et l'emprise;
    ces derniers temps je ne dormais plus, et tout mon passé me revenait sans cesse,mes erreurs mes souffrances,mon enfance,l'accumulation de deux années de bourrage de crane trés intimes et à l'abri de tous,de brimades,de reproches,de pétages de plombs,d'insultes,coupés dune relation passionnelle et de moments merveilleux!
    ca a commencé a se deteriorer...une semaine avant que je vienne vivre chez lui,comme par hasard, tout était décidé,les crises ont commencées dés mon arrivée;
    je venais de finir un contrat,javais un logement hlm quil fallait rendre, et surtout j'étais trés fragilisée, je venais de perdre mon pere;j'avais tellement desoin de l'épaule quil me proposait, d'une vie a deux que je m'etais refusée depuis 12ans après un passé difficile avec le pere de ma fille;j'y croyais je l'aimais énormement,on aurait dit mon double mon ame soeur on avait les memes pensées les memes gouts,les memes envies,on nous prenait meme pour des freres et soeurs, trés jumelisant et trés beau couple;
    je suis de nautre gaie spontannée, pas conne, pas moche, intuitive, émotive et trés généreuse,le profil donc idéal;
    je savais quil avait un caractère irrascible,posséssif, jaloux,il voulait me réaprendre à etre une femme, une femme dans un couple...1an après la bourka m'aurait bien été!!
    Des promesses jamais tenues des démonstrations d'amour surtout devant les autres et...regulierement des crises incompréhensibles d'une violence terrible me laissant a chaque fois dans un etat ou je me demandais si c'etait moi qui etait folle,et puis trés seule...
    Tout ce rejoint dans ces témoignages que je lis, le meme profil, la meme facon de faire, les memes comportements,ca me fait du bien et du mal aussi,je suis dans la prise de conscience, mais mon addiction à lui est encore trés forte;en partant de chez lui il m'a laissé prendre le volant,hors celui cietait revenu d'un mois et demi de travail en afrique,face a ma décision, l'alcoolémie a été présente tous les jours,hospitalistaion pour stress,crises d'asthmes, mon quotidien a chaque retour,j'ai pris le volant mais je n'étais pas en état,j'avais eu ce probleme de phobie,je suis claustro suite a des evenements de ma vie, mais avant de le rencontrer ca allait beaucoup mieux,doncj'ai fais une grosse crise de panique sur la route,trempblement du corps et incapacité de conduire,je l'ai eu au telephone en etant revenu dans notre commune,il m'a dit que c'était de ma faute et que je n'avais pas a somatiser;
    je ne suis meme pas revenue a la maison, je me suis faite aider par des amies pour revenir ou je suis maintenant, a leur quil est il m'est impossible de reconduire seule, j'ai un gros travail a faire sur l'émotionnel,ca m'a donné un gros choc,beaucoup de culpabilité et meme de honte;je me repose,comme il na pas voulu que je recupere mes affaires,j'ai recommencé a zero, sans meme une fourchette!je commence a m'acheter mes meubles,fais des entretiens pour retravailler bientot,mais je sais que je ne suis plus la meme et quil va falloir beaucoup de temps, l'emprise et toujours là,moi je l'ai vraiment aimé, lui n'a toujours été que dans le calcul,je me sens vide de tout ce quil ma pris je men veux encore et du mal a trouver mes reperes,et a l'expliquer à mes proches qui sil voyait ses manipulations ne comprenait pas que je reste et que je me soumette autant,j'avais surtout appris a me plier,a me taire,a doser;
    je me suis oubliée et me suis bien trop investie;
    lerreur certaine c d'etre partie chez lui vivre,et de lui avoir parlé de mon passé,il connaissait mes failles;
    j'ai eu de la chance de refuser d'aller dans ces deviances sexuelles, il a essayer mais je n'ai pas voulu plus, mais nous avions une sexualité trés voir trop épanouie,javais souvent limpression detre un objet..il me las dit plusieurs fois "tu es ma chose",j'ai compris avec tout ce que je lis que tout ce que je pouvais contester ou le temps passé à lui expliquer etain vain!j'aimerai en parler plus, ca fait du bien,mais se serait trés long,alors par épisodes peut etre,j'ai compris que sil étéit pervers narcissique...mon pere l'était aussi!!que c dure!je comprends mieux ma vie avec les hommes mon psychisme est consu pour eux!a 37ans je me prend une grande claque de vie,je vais entamer une thérapie pour traiter mon inconscient car j'ai vraiment envie d'etre heureuse un jour!!merci de votre lecture,et mes respects pour vous toutes et vous tous,je confirme quil ny a que la fuite, les proches et communiquer pour sortir de cet enfer,pour linstant au moins je n'ai plus de peurs et d'angoisses au quotidien comme en vivant avec lui!
    et j'y crois!

  • j'ai 24 ans il y a quelque mois j'ai rompu avec mon ami. Au début je croyais me faire des films, que c'étais moi qui n'étais pas suffisamment ouverte d'esprit ou trop exigeante ou... enfin je ne connaissais pas l'existence des PN. C'est en lisant un article dans un magasine que la description m'a fait "tiilt". Ainsi j'ai voulu approfondir mes recherche et je me suis retrouvée ici.

    Me laisser sans nouvelle pendant des jours alors que nous avions rendez-vous.
    Arriver DES HEURES en retard sans se justifié et en prétextant "j'aime me faire désiré bébé".
    Promesse jamais tenue.
    Vivre ou plutôt squater chez moi sans mettre la main au porte feuille tout en ayant une paie beaucoup plus importante que la mienne.
    Me coupant la parole à chaque fois que je tentais d'ouvrir la bouche.
    Se servant de mes complexes comme une arme de destruction massive: "tu sais que dans la rue les gens te voient comme une grosse vache à côté de moi". (Cette phrase me perturbe encore quand j'ose me regarder dans le miroire).
    Au début une vie sexuelle disons normale puis plus ça aller dans le temps plus il exigeais de moi des choses. Et ce qui lui plaisais n'était pas de me faire plaisir mais de me faire mal à en pleurer... Il me regarder et continuer seul ...
    Ses caprices plus aggaçants les uns que les autres.
    Me réveillant la nuit en me faisant mal. (je ne dormais plus sans pontalon, encore aujourd'hui...)


    Je me dégoutes, je ne me reconnais pas. Je pensais l'avoir oublié mais, ayant réussie depuis quelque semaine a refaire ma vie, mon ami actuelle me raconte mes cauchemard et certains réflexe de sécurité... Les séquelles sont plus importante que je le pensé...

    Es ce normale que je repense a lui ??? Que je souffrais tellement quand il partait sans me laisser de nouvelle ???

    A notre séparation il m'a réclamé un dossier qu'il avait enregistré sur mon ordinateur... je le lui ai donné et ensuite j'ai regarder ce qu'il contenait : des photos de moi!!!!

    Aujourd'hui mon nouvel ami qui est bien différent (merci mon Dieu) s'inquiète mais j'ai bien trop honte d'en parler a quelqu'un qui verrais mon visage. Et puis quel intéret j'ai réussis a m'en défaire.

  • Ma soeur à connu pendant deux ans un pn, elle n'a su qu'au bout d'un an qu'il était marié, très marié. au debut il prétendait être séparé, puis il a dit que la maison était très grande qu'elle était séparé en deux.
    Et puis au bout d'un an alors qu'elle était très attachée à lui. Il lui a laissé découvrir qu'il était marié. Qu'il ne pouvait pas laisser sa femme car elle était au chômage.puis qu'elle avait des problèmes et ne pouvait rester seule.
    Encore un mensonge.
    Bien sur coté sexualité c'était l'excés. dans les demandes, les gestes, dans les echanges sms. "Vous ne dites rien je vais me branler au téléphone vous allez m'entendre jouir". au bout d'un moment il raccrochait et disait "merci"
    Par Facebook elle a appris au bout de deux ans qu'elle n'était pas seule dans le cheptel mais au moins 4 en même temps. (combien en plus ignorées) Qu'elle avait reçu en meme temps que les autres la photo de son sexe sur son telephone, et que le matin et le soir (quand il apparaissait ) elles ont pu le vérifier qu'il faisait un envoi groupé pour le bonjour et baiser. Elle ont pu remarquer en comparant que les mêmes mots étaient utilisés toujours et tout le temps. Ce qui expliquait lorsque ces proies lui envoyait des SMS que ces reponses étaient évasives voire laconiques ou qu'il répondait à côté. Très difficile à gérer certainement. Un vrai travail. les histoires variaient le verité d'un jour n'était pas celle de la veille et du lendemain.
    Mais à toutes il les assurait de sa fidélité. Ce qui lui permettait de se dispenser d'un préservatif.

    Il est difficile de sortir une personne d'un tel piège.
    il allait jusqu'a se faire insistant pour la demande d'un bébé, à toutes il a fait la demande et ensuite lorsqu'elles finissaient par accepter il a dit : encore faudrait il que j'ai envie d'en avoir un avec vous ! Car il utilse le vouvoiement , et un mot commun (princesse) pour toutes afin de ne pas se tromper de prénom. Et cela fait chaud au coeur de croire en être une pour l'homme aimé.
    Je pourrais écrire des livres sur ce que ma soeur a subit de mensonges et tromperie. Elle et toutes celles qui sont devenues ses victimes. Il se vente d'un très grand nombre et se sert de cela pour les garder dans le secret et leur faire croire qu'elles sont vraiment importantes. Elle, comme les autres ont attendus dans la voiture qu'il sorte d'un rendez vous et qu'en réalité en plus du rendez vous de travail. Il draguait la prochaine ou celle qui serait juste pour une fois. un petit surplus. J'ai toujours soupçonné que dans son couple il était ce que je nommerai un cul coincé.
    IL est vrai qu'il a un gros contentieux avec se mère et je pense que ce n'est pas une coincidence. J'avais toujours trouvé que dans l'expression de son visage dans ses paroles dans son comportement il y avait une haine de la femme. Pour moi son but était de faire souffrir au maximum.
    Mais allez donc faire comprendre ça à une femme très amoureuse et complétement sous sa coupe. On dit qu'ils prennent des femmes en état de faiblesse.
    Le problème c'est que cette faiblesse ils peuvent la créer et ainsi prendre des femmes qui jusque là étaient bien dans leur peau et n'avaient pas de faiblesse à part l'envie naturelle d'être aimée. . prenez une femme qui a fait des études mais pas trop ou pas du tout. qui a un travail mais pas celui de directrice qui a comme presque tout le monde juste assez d'argent. Si elle a des enfants ils sont comme la majorité pour les études ça va mais pas des étincelles partout. Et en face vous mettez un personnage pouvant prouver qu'il a des très nombreuses années d'étude qu'il parle de nombreuses langues, une très bonne situation , qu'il a de l'argent, des dons artistiques que ses enfants à lui sont des surdoués etc.... puis il ajoute de façon très subtile que lui qui d'habitude ne fréquente que des femmes dans son genre fait une exception pour elle. La proie elle se sent d'abord flattée, plus tard elle se sentira nulle. Au départ très honorée qu'un homme aussi bien que lui la regarde. "qu'est ce que je vous apporte dit elle ? Mais tout : votre fraicheur , votre gentillesse et bla bla bla......le grand mechant loup a mangé le petit chaperon rouge.

  • bonjour, ma relation a 24ans, je n'ai pas encor coupe le fil de ma relation avec un PN,ca ete tres loin, 2 enfants, separes depuis un an de maison, je suis dans le doute encor aujourd'hui. J ai peur, a chaque que nous nous voyons, apres je somatise, infection dentaire, maletre, me sens moche,deprime. je lui resiste, jusqu a ce que le temps passant je remette ca.

  • Tout d’abord un grand merci à Aurore dans son témoignage du 22/04/2012 qui a pensé aux hommes victimes de pn féminins. Ils sont aussi nombreux que les femmes, mais se taisent, car souvent ils ont honte !

    La sexualité d’une femme pn est très basique. Elle cherche seulement à satisfaire son plaisir en ignorant le plaisir de son conjoint. Aucune imagination, aucune fantaisie, aucune érotisation de la relation amoureuse ! C’est dans le noir, afin de n’être pas vu à cause de ses complexes vis-à-vis de son corps. Puisqu’elle ne s’aime pas, elle ne peut aimer l’autre ! C’est toujours la même position : « le classique missionnaire » qui devient vite insupportable pour un homme normal, aimant pouvoir contempler le corps de sa femme et échanger son imagination avec celle de son épouse !

    Aucun dialogue ne vient enrichir ou compléter l’échange ! Les reproches sont toujours pour l’homme, qui doit toujours être prêt « à passer à la casserole ! » Rassurez-vous j’aime encore les courgettes rissolées  !

    Partant de cette plaisanterie, j’ajouterai que le lien entre sexualité épanouie et personne aimant faire de bons petits plats, se trouve confirmé ! La pn ne sait rien en matière de cuisine, tout en croyant tout savoir !

    Je suis resté avec elle durant presque 30 ans, uniquement en croyant, à tort, pouvoir protéger nos enfants qui ont eux aussi été pervertis tous les quatre par ma femme. La pn est transgénérationnelle à partir de blessures d’enfance. Pour la femme : manque total de tendresse de la part de la mère et père autoritaire et dur ! On comprend bien alors la notion chrétienne de péché originel qui se transmet par les parents depuis Adam et Ève qui avait été relégué au rang des mythes et qui s’avère d’une cruelle réalité ! Relire Anne Ancelin Schtützenberger et Simone Pacot !

    Ma femme ayant « éduqué », et donc perverti nos quatre enfants, il s’est passé, par mimétisme (bien expliqué par René Girard : « La route antique des hommes pervers ») un phénomène de bouc émissaire à mon égard, tel que décrit dans le livre de « Job ». Comme la fin de ce livre de la Bible présente une « happy end », je suis dans l’espoir, tout au moins pour mes enfants ! Mais je suis conscient que ce serait un véritable miracle si j’arrive à les en sortir !

  • Toutes ces réflexions, tous ces témoignages me donnent envie de mettre des mots précis sur mes ressentis.
    J'ai rencontré,il y a un peu plus de vingt ans un PN,(je ne connais cette pathologie que depuis un an grâce aux blogs courageux et explicites de Geneviève, j'étais pourtant suivie par un psy).
    Au début de notre relation , j'avais pris conscience que ce que je prenais pour des maladresses était lié à une haine qu'il éprouvée envers la reine mère castratrice qui l'avait empêché de vivre sa vie sexuelle alors qu'à trente ans il n'avait connu qu'une "forme de zoophilie".
    Guy Corneau tente d'expliquer ce qu'il s'est passé ds la petite enfance de ses garçons"victimes d'une OGRESSE: leur mère". Il cite le titre d'un film qui montre l'horreur à son paroxysme (un pervers envers les femmes)
    A l'époque, j'imaginais que le grand AMOUR que je lui témoignais guérirait toutes les choses qui me dérangeaient.
    Sa froideur, sa distance, ses sautes d'humeur nul n'est parfait!
    Malgré son empressement de faire un enfant, ça clochait, il mettait tout sur le compte de la jalousie de sa mère qui n'a pas manqué de nous gâcher notre lune de miel.
    Mes parents étaient plus discrets mais prêts à s'immiscer.
    Moi j'étais séduite, j'avais l'âge de passer aux choses sérieuses... donc mariage, conception et alors que j'étais sur le point d'accoucher, une douce brise printanière me fit dire: "oh!je partirais bien à la mer"
    Ma mère me répondit sèchement: "c"est fini les grandes vacances"
    Certes, je savais qu'elle n'avait jamais adhérer à mon esprit d'aventure ... mais à ce point!
    Cela glaça ma façon d'envisager mon indépendance à près de trente cinq ans...
    Je ne suis pas ingrate ,mais tout de même...
    Et à la naissance de ma fille, tout se compliqua, tout se brouilla ds mon esprit. J'avais perdu de ma joie de vivre.
    Et pourtant mon accouchement avait était rapide, naturel, sans péridurale, sans médicalisation. Il faut se battre pour obtenir le TOUT MAIS CA VAUT LE COUP.
    Ma fille était un magnifique bébé et pourtant son père préféra le travail, les copains à notre compagnie sans me manifester aucune reconnaissance .
    J'étais malheureuse, ma belle famille envoyait de mauvaises ondes, ma mère était de plus en plus malsaine comme autant ou j'étais enfant et que la famille vivait au rythme de son humeur, de ses lubies, de son étroitesse d'esprit.
    La descente aux enfers pour notre couple a commencé.
    Maintenant, avec du recul, je dirais que ma mère est PN et a rendu mon père gâteux, lui qui avait de l'or ds les doigts.
    Ma belle mère est pathologique, elle a flingué ses deux fils,
    peut être que sa fille s'en sort mieux (à voir).
    Le père était caractériel, un couple aigrit bête et méchant.
    Je dirai que ma mère nous a gâché la vie à TOUS.
    Est-ce pour cela que je suis tombé sur mon charmant ex_mari?
    J'ose espérer que je ne suis pas aussi PN...
    Sincèrement, je ne crois pas. En tout cas, il faut faire connaitre cette pathologie et que la justice, la police, les psychiatres réalisent notre chemin de croix.
    Ma vie a été un calvaire à cause de ma mère et de mon fou furieux de mari: violent, sournois, pervers, escroc, menteur...
    Je suis sa proie qu'il adore faire souffrir, je suis la proie idéale.
    A 55ans ma vie est à reconstruire entièrement et je ne vois plus ma fille chérie, j'attends qu'elle comprenne, je ne suis pas parfaite, mais je n'avais jamais imaginé cela. Alors que nous étions si proches, son père est prêt à tout pour me faire souffrir et LA SOCIÉTÉ PENSE QUE MONSIEUR LE NOTABLE EST IRRÉPROCHABLE, c'est moi la folle et lui la victime.
    NON !! IL FAUT CESSER SES RÉFLEXES ÉTRIQUES ET VOIR PLUS LOIN QUE SON BOUT DE NEZ!!
    Un peu de courage pour bousculer la POUSSIÈRE et s'attaquer aux VRAIS PROBLÈMES !

  • Je suis terrorisée et meme apres tt ce que j ai
    Lu, je reste dans l incompréhension totale, pourquoi ne sont ils pas punis par la loi? Torturer est un crime! Internet est un mode de communication moderne ce qui permet à des professionnels de pouvoir mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour enrayer, arrêter les criminelles alors pourquoi apres tant de témoignages à propos de crime,la justice n a t elle toujoursPas réagi, qu attendez vous pour nous protéger de ses criminels d enfants aussi

  • Bonjour,

    Les PN.Il fait tout pour que tu sois dépendante de lui psychologiquement et sexuellement.
    Meme si tu t en rends compte au fur et à mesure..il est difficile de s en détacher car au début il nous a apporté tellement de douceur,de compréhension d ailleurs on a l 'impression que jamais personne nous a compris aussi bien que lui.
    Il est avenant,à l écoute de tout tes soucis, protecteur,rempli d attentions, de petites gestes au quotidien que les femmes adorent.
    Des "je t aime" à tout va, que tu lui manques, qu il a envie de toi tout le temps tellement il t aime !!il te dit qu il n a jamais rencontré une femme comme toi,que tu es l'unique et qu'enfin il respire depuis qu il ta rencontré.
    Que jamais il ne s est jamais senti aussi bien.
    Des le debut de la relation il te dit qu il te veut pour la vie.Il veut t épouser, te faire un enfant.Un reve éveillé Mesdames!!!! il anticipe tout alors que tu ne lui à meme pas parlé de mariage.
    On est tellement sous hypnose!!!sexuellement on a l impression qu il est a ton écoute car il ne t oblige à rien mais par ses dires sa facon de faire ,de te caresser il t enmène facilement à faire des choses que tu n aurais jamais pensé faire comme des lieux quasis impossibles....jusqu aux insultes.. que tu es sa pute,sa salope.
    Et toi meme tu te surprends à lui dire.Il te dis que c'est unique se que l on a.Que notre histoire est unique et surtout fusionnelle.
    Bizarrement au se sent Aimé!!Il s est tellement y faire... C'est un enorme seducteur et manipulateur!!!
    Il te dit qu il est tellement heureux que tu aimes le sexe comme lui et que c'est l amour que l on se porte mutuellement qui nous transportent... et tant qu il y aura tout cet amour et surtout cette complicité sexuelle on sera indestructible!!!il est addict et tu le deviens.
    Il te dit nous ne sommes pas comme tout les autres couples nous sommes différents nous.
    Il veut tellement y croire et tu y croit surtout. nous on se laissera pas bouffer par le mariage comme tout les autres couples!!! foutese!!
    Il nous manipule et on se dit qu il nous aime!!!!c'est horrible.C'est compliqué de se sortir de toute cette emprise psychologique et affective.on perd pied.on est completement déboussolé, perdu face à un individu pareil.on perd tout sens du rationnel. car il est difficile de se dire que tout ca n etait que mensonge, pure illusion.
    On ne veut pas l admettre car s était trop beau!!! on se sent anéanti. Il se nourrit de toi pour combler son manque d affect du a son enfance.Et toi tu à tellement fait d eloges à son égard que tu n oses plus dire le contraire aux personnes qui t entourent.c'est un cercle vicieux, une relation mal saine.
    Puis quand on est entouré par des gens il est très démonstratif.
    Et Toi tu te sent aimé.Pourtant au fil du temps il va t humilier en public mais sournoisement, gentiment.Il ne perd jamais la face en public et ne s énerve jamais.
    La seule facon pour qu il parte c est que tu lui montre moins d interet,que tu arrives à te passer de lui, lui dire moins souvent que tu l aimes et là tu verras qu il essayera d aller chercher une autre conquête en parallèle de ta relation tant qu il n est pas sur d avoir sa nouvelle proie dans son filet il te gardera.
    Mais si tu le quittes et qu il n a personne d autre il revient à la charge et ne te laissera pas jamais tranquille.
    Il essayera par tout les moyens de te récupérer.sms, appels, venir te voir, te prendre dans ses bras etc...
    Et c est la qu il faut refuser tout contact car il va de nouveau te retourner le cerveau!!! car il s est y faire par ses mots et tu auras de la compassion et tes sentiments sont encore présents.On est fragile!!!Mais s ils reviennent c est uniquement qu ils sont incapables d etre seuls.
    Mais si tu ne le fait pas c'est malheureusement lui qui décidera car il finira par partir quand il aura tout puisé chez toi et que tu ne lui apportera plus satisfaction..
    Et là il t aura détruite Ils ont se besoin sans cesse qu on les rassurent. d etre les plus magnifiques à tes yeux, d etre constamment valorisés.
    Si tu lui montre que tu n as pas besoin de lui au quotidien là il s éteint il souffre.
    Il a se besoin inconditionnel de savoir que tu est dépendante de lui et que sans lui tu n es rien.leur vie n est que mensonge ,manipulation et destruction,s énerve très rarement,aucune compassion.Il s invente une vie idéale.
    Leur vie sentimentale est le meme debut,meme évolution et meme fin.
    La seule chose qui change dans ses relations c est la durée.... bon courage à toutes celles qui croisent un PN dans leur vie et surtout entouré vous.

  • mon Dieu, j'ai l'impression de lire mon histoire. J'ai eu ce courage de dire "stop" parce que je souffrais de trop, mon corps se rebellait et je me disais que si je continuais j'allais y passer. Il faut dire qu'il avait déjà cherché une autre proie. Il a bien réessayer par deux fois mais il a compris que je ne pourrais aller dans "sa folie". Celà fait maintenant 3 ans et pourtant il n'y a pas un jour sans que je pense à lui, c'est comme si j'étais marquée à vie de son empreinte. Je ne sais pas combien de temps cela va encore durer, j'aimerais "ouvrir les yeux", je sais comment il est, toute sa noirceur mais je n'arrive pas à ouvrir les yeux. Il m'a détruite et en mm temps il m'a redonné confiance en moi. C'est complètement paradoxal. Je dirai qu'il ne m'a jamais humilié parce que sans doute il savait que jamais je ne l'aurai toléré mais il m'a rendu dépendante de lui et malgré mon travail avec une psy je n'y arrive pas.
    Si vous pouvez m'aider ...

  • Bonjour,tout comme vous, j'ai vécu un an avec un PN.
    Au début de notre relation, il se posait en victime, notamment victime des femmes. Il se montrait (faussement ) généreux. Il restait en relation constante avec l'une de ses ex, prétendant que ce n'était là qu'une relation purement intellectuelle, il se disait être en "osmose" avec elle, s'envoyaient des sms tous les jours, se donnaient rendez-vous sur des parkings...etc...
    Cet individu s'adonnait à l'alcool en cachette, prétendant qu'il avait cessé de boire, alors qu'il n'en était rien (j'ai un odorat très développé).
    Il m'a soutiré 5000 euros, fait croire aux autres que je lui volais tout son argent, profitait que j'étais au travail pour inviter chez lui une jeune fille de 19 ans et lui donnait de l'argent en échange de quoi? ... mystère.
    Il effectuait des travaux de bricolage chez ma voisine, une dame en difficultés financières. J'ai fait appel aux forces de l'ordre pour le faire évacuer de mon domicile et suis allée me réfugier chez une amie. Il en a profité pour dévaliser mon appartement et m'a expédié des lettres de menaces où il était question de m'envoyer les huissiers pour me dépouiller du mobilier qui m'appartient. Il a volé tous les justificatifs, mais j'ai pu m'en procurer les doubles qui sont en lieu sûr.
    Quant à sa sexualité, oui, elle est complètement dépravée: cela ressort du sado maso, d'actes sexuels inconvenants tels que la sodomie, il me prenait nue en photo alors qu'il m'assurait que cela ne resterait que dans notre intimité, mais en fait, il les a envoyées chez ma voisine, qui en a été outrée et les a fait brûler devant moi par son compagnon. Il m'a expédié une disquette avec photos de ses réalisations en bricolage et moi nue, avec des commentaires désobligeants sur mon corps. Il entretenait avec sa mère des conciliabules quotidiens par tel. plusieurs fois par jour, à croire qu'à 58 ans, il n'est pas encore sevré. Il ment mais fait croire aux autres que c'est vous qui mentez, qui êtes perverses et qui avez tous les défauts de la terre. Lui, n'a rien à se reprocher, il se trouve beau, loyal et sincère dans sa "propre vérité", mais quand on sait ce qui se cache derrière: 10 gardes à vues pour violences faites aux femmes, selon ses anciens collègues, qui le détestent car il a mis la honte sur leur corporation .
    Alors voilà comment je suis devenue à présent: je vois des PN partout, et je pourris la vie à des hommes que je connais. Je n'ai plus que l'insulte en bouche à leur encontre, sans compter mon comportement qui est celui d'une "terroriste": mensonges, chantage, manipulation, menaces de ternir leur réputation, pour ceux que je connais et travaillent dans le milieu associatif.
    Ma devise est: "Bienvenue au Goulag", pour les hommes qui osent encore m'approcher. Je leur promets de les emmener jusqu'au bout de l'enfer, tant je suis en colère après ces prétendus "amis" qui osent dirent que c'est ma faute s'il m'est arrivé tout ça, alors qu'ils ne connaissent pas la manière de fonctionner des PN, que j'ai su détecter grâce à vos témoignages, mesdames. Méfier-vous de ceux qui veulent à tout prix se rendre indispensables...
    Pour moi, ce sont des PN.
    Prenez garde, de tout coeur avec vous, votre amie, Flo Bleu.

  • Bonjour, c'est encore moi, toujours aussi en colère après les PN.
    J'ai trop la haine.
    Sur un autre blog, j'ai vu un PN qui demandait de l'aide pour s'en sortir. HA!HA!HA!
    N'est-ce pas encore là de la manipulation? Mais oui, bien sûr! Sans aucun doute! Alors, voilà ce que je lui ai répondu: "épave d'un jour, épave toujours, je ne vois pour toi qu'une seule issue: le suicide. Je persiste et je signe: c'est la seule issue pour ce genre d'individus nuisibles.
    D'ailleurs, ne sont-ils pas suicidaires, quand ils voient que tout et tout le monde les abandonne? Pas de pitié pour ces gens-là, ils n'ont que ce qu'ils méritent quand ils reçoivent le retour de flamme!

  • La sexualité du PN est complètement dépravée et comme vous le dites toutes, ils aiment maintenir sous domination. Le PN ne connait pas les préliminaires, il aime faire mal et, curieusement, avoir mal...
    C'était le cas de mon ex compagnon. Il n'avait de rapports sexuels que quand il était disposé, c'est à dire: pas souvent, mais, selon lui, c'était à cause de moi, car il me trouvait grosse.
    Il avait des "critères" physiques pour les femmes, mais lui, se laisser aller: pas d'hygiène, dormant tout habillé, se lavant peu (juste un coup de lingette quand il allait chez le médecin), une barbe sale, des cheveux gras qui lui tombaient dans les yeux, un gros ventre du à son alcoolisme; à part ça, il se trouvait beau, il a même osé le publier sur youtube pour illustrer une chanson.
    Ah! J'oubliais: selon ses dires, il était le roi de l'animation musicale, en fait: il imposait ses goûts.Il prétendait aussi être un autodidacte, donc: plus intelligent que quelqu'un qui a fait des études. Il savait tout sur tout: il était le roi des cruciverbistes, je ne l'ai jamais vu finir une grille et, entre nous, ce n'est pas parce qu'on fait des mots croisés qu'on est forcément intelligent ni instruit, c'est un mécanisme à prendre.
    Aucune finesse de raisonnement, des propos racistes, antisémites, il admirait Hitler eh! oui! Quelle horreur! Souhaitant que cet individu finisse comme celui qu'il admirait, fuyez les PN comme la peste avant qu'ils ne vous anéantissent. Flo Bleu

  • Au sujet des PN, celui avec qui j'ai vécu cette malencontreuse relation était très obsédé par le sexe, mais, paradoxalement, jouait les "pères la pudeur" en prétendant qu'il ne regardait jamais de films X. Cependant, sur son ordi, il avait des sites de femmes dénudées en plus des photos et des vidéos de toutes ses ex, moi y compris. Sur son portable, l'image de fond d'écran était la phot de sa maîtresse vue de dos et dénudée, qu'il caressait quand il passait un coup de fil. Il tenait sur les femmes des propos sexistes et outrageants, que nous ne sommes que des salopes, que "nous n'avons pas grand chose à lui offrir, à part un trou de balle et des gosses." quelques temps après notre rupture, il a déposé des mots griffonnés de sa main dans ma boîte aux lettres, du genre: "de toutes les femmes que j'ai eues, c'est bien toi la plus laide", "quand je vois sur les vidéos ton gros ventre et tes fesses flasques, tu comprendras pourquoi je n'ai jamais passé une nuit avec toi", "je t'enverrai es huissiers et les déménageurs pour vider ton appartement, je vais te laisser dans ta nudité morale","les gens normaux comme ma mère, Z..., et moi te détestons, tu n'es qu'une psychopathe","tandis que je te sodomisais, j'avais ta m... au bout de ma b...","le déménagement de ton appartement sera à tes frais" etc... et d'autres amabilités , sans compter les menaces de porter plainte pour vol et abus de confiance à la police. Bien sûr, il n'y a pas eu de suites, du moins je l'espère. Le PN est trop occupé à tourmenter, sans doute, sa nouvelle proie. Il vit dans le déni le plus total, et on ne peut rien faire contre lui au niveau juridique. C'est bien là que réside la lacune. Moi, j'avais en vue quelqu'un de bien, mais il s'avère qu'il est marié. Alors, je respecte sa vie de couple, et ce n'est pas mi qui prendrai l'initiative. Je préfère rester seule. C'est dommage, à cause d'un sale type, ma vie de femme est brisée à jamais. Flo Bleu.

  • Bonjour, il faut que je me calme, là... Mais j'en aurais encore tellement à dire sur le PN avec qui j'ai vécu une année de calvaire physique et psychologique. Un jour, il m'a dit "Toi aussi, tu finiras par en vouloir au monde entier". Sur ce coup-là, il a réussi à m'inoculer le poison de la haine à toute la gente masculine. Je vois des PN partout,et je n'ose plus entreprendre une relation avec quelqu'un de l'autre sexe. Je suis devenue une "barbare", tant sur l'aspect physique : piercing dans le nez, les oreilles, que moral: j'imagine lui faire subir les pires supplices. Je parle mal, je n'en suis plus à une grossièreté près; ma mère, qui m'a donné une bonne éducation, ne me reconnait plus. Moi aussi, je pratique le chantage avec les anciennes relations masculines (j'en ai eu peu) que j'ai connues, je les terrorise, je les insulte, je les menace, ils ne comprennent pas, ils ne comprennent plus... Je ressemble à une fille des gangs. Moi qui étais si coquette et féminine auparavant, je porte des blousons de cuir, des bombers, j'ai les cheveux courts en "pétard", des jeans serrés. Je regarde mal les hommes car j'interprète mal leur regard, même si celui-ci est peut-être bienveillant. Sur une photo récente, j'ai une tête d'assassin. Je vous jure, vous qui me lisez, je vous jure, sur la vie de ma mère, que je me fais peur...Trop la haine, quoi! Je suis suivie par un psy, il voudrait comprendre pourquoi je me suis laissée piéger par ce genre de type, le PN. J'ai perdu toute ma féminité, je ne suis plus une femme, non, je suis une racaille qui crache sur le masculin. Aujourd'hui, la chasse aux PN est ouverte, comme l'a été celle aux nazis. Ne sont -ils pas de la même engeance? Moi aussi, j'ai de la patience...La chasse est ouverte...

  • Je sors d'une relation extraconjugale de 3 ans avec un PN!
    Il a d'abord laissé monter le désir à son comble pendant plusieurs mois avant de se refuser à moi, s'étonnant de ce que j'avais pu imaginer, me faisant douter de moi-même et ressentir de la honte. Puis il n'a cessé de revenir, alternant les témoignages de tendresse et les périodes d'indifférence, finissant par me dévoiler qu'il entretenait une relation avec une autre femme mais en me laissant entendre que cette relation n'était pas satisfaisante, ce qui me laissait toujours espoir de le voir basculer vers moi. Jusqu'au jour - un an plus tard - où il a "craqué".
    Lors de notre premier rapport sexuel et alors que tout me laissait imaginer la douceur, la tendresse, l'attention à l'autre - exactement ce qui me manquait de la part de mon mari - j'ai eu affaire à un prédateur profitant de mon état amoureux pour prendre son plaisir sans se soucier du mien.
    A partir de ce jour, blessée, je n'ai pas cessé de faire marche arrière, mais c'était si difficile! J'étais encore éperdument amoureuse!
    Je voulais comprendre son mystère, je pensais qu'il était malheureux et j'avais le courage et la patience de lui expliquer qu'il passait à coté de son bonheur en n'acceptant pas une relation "vraie" basée sur l'écoute mutuelle.
    Je pensais en avoir le temps mais il a mis fin à notre liaison en m'expliquant qu'il choisissait l'autre femme.
    Nous avons continué à nous côtoyer dans une activité de loisir commune. Il n'avait de cesse de me demander comment je me sentais. Je lui disais ma souffrance avec tous les détails qu'il me réclamait, pensant qu'il se souciait de moi et sans me rendre compte qu'il se délectait.
    J'ai alors décidé de me faire aider par une psy et ensemble nous avons pu poser le diagnostic : PN. J'ai encore du mal à croire que cet homme doué et affable ait pu construire méticuleusement un piège dans lequel je suis tombée, et éprouver du plaisir à me voir souffrir.
    Mais cette prise de conscience me délivre de ma douleur. Il ne me reste plus qu'à mettre la bonne distance et le "contre manipuler". Aujourd'hui j'entends nos conversations d'une oreille différente et chacune de ses paroles est une preuve supplémentaire de sa vraie nature.
    Ah, j'oubliais : cet homme est psychothérapeute et mon mari a été son client!
    Je ne peux m'empêcher d'imaginer qu'il a trouvé la bonne profession pour se délecter de la détresse humaine, prendre du plaisir à entendre ses clients lui décrire leur détresse, certainement aussi se délecter que ses clientes tombent amoureuses de lui (c'est un très bel homme) et en souffrent. Il m'arrive encore de douter, d'être malheureuse de l'imaginer malheureux. D'autres fois, j'ai envie de prendre contact avec l'autre femme, celle avec qui il a prévu de s'installer dans quelques mois, pour la prévenir.
    Le peu que j'entends d'elle (il me racontait juste ce qu'il faut pour me faire souffrir) me laisse penser qu'elle me ressemble: vivante, généreuse, joyeuse et prête à tout pour le rendre heureux.
    Hésitante tout de même, je sais qu'elle a tenté plusieurs fois de le quitter. Mais me croirait-elle? Elle doit me considérer comme sa rivale, puisqu'il n'a pas oublié de lui parler de moi pour la faire souffrir ...
    Il me reste aussi à comprendre ce qui m'a aveuglée, à accepter que le monde soit parfois si moche, à trouver comment à l'avenir détecter ce genre de personnes toxiques...
    Ne pas me refermer pour autant, retrouver ma joie de vivre - elle n'est pas loin - et croire encore qu'il existe sur cette terre des hommes désintéressés et généreux.

  • Bonjour,

    Quand je lis tous ces témoignages, cela me donne les larmes aux yeux. J'ai vécu une relation d'un an avec un PN. N'habitant pas dans la même ville que lui, je ne l'ai vu que cinq fois et avec du recul je me dis heureusement!! Mais par sms et mail, il m'a fait subir la pire des tortures: semaines ou mois de silence sans explications, insultes, dénigrement sur mon physique et ma personnalité, méchanceté sans borne. Sachant que ce genre de personne est menteuse au plus au point, j'ai l'angoisse qu'il m'ait menti sur le fait qu'il donne son sang depuis de nombreuses années. J'ai toujours pris mes précautions avec lui car je suis très sérieuse de ce côté là mais la dernière fois que je l'ai vu j'ai eu une conduite qui peut être risquée. Aurait-il été capable de cacher quelque chose de grave niveau santé et de me mettre en danger? Tout en sachant que je pouvais porter plainte contre lui si c'était le cas? Il ne m'a jamais caché qu'il voulait rester libre dans sa vie d'homme célibataire par contre, sur ce seul point il a été honnête mais son orgueil n'a pas supporté que je refuse qu'on fasse des câlins sans protection et je me demande pourquoi! Merci de m'éclairer!

  • Cela fait plus de cinq ans que je lis...des livres, des blogs...TOUT, sur les pn...non, je n'ai jamais écrit nulle part...difficile de mettre des mots, et surtout se retremper dans cette histoire...
    Séparée depuis 5 ans en septembre prochain...je commence à peine à émerger...
    Au départ, mariée et fragilisée par un éloignement de mon mari qui devait travailler à 1000km de la maison...mais elle était belle cette maison...mais j'étais dans une nouvelle ville...peu ou pas d'amis ou de repères...et puis est arrivé LUI...je ne pouvais même pas le croire!...que cet homme puisse s'intéresser à MOI!...
    Médecin, début quarantaine...semblait avoir eu plusieurs histoires mais elles étaient toutes folles, selon ses dires, ou malades...l'ai cru...LUI le médecin après tout...j'ai d'abord cru à une passade...je ne voulais pas divorcer et puis, j'étais bien installée...j'étais le défi PARFAIT du pervers...s'il arrivait à me faire divorcer, ça lui prouverait qu'il est quelqu'un...il a réussi...mais pas que ça...ma destruction TOTALE...de raconter les évènements peut aider mais pas l'essentiel... parce qu'ils se ressemblent au final...mais je peux et dois dire...séduction, isolement, destruction...REJET...voilà la séquence...
    j'ai pu en sortir grâce à mes CHERS PARENTS...qui ont compris...PEU ont compris, eux et mon psychiatre qui m'a accompagnée durant près de 4 ans...ce qui semblait au départ n'être qu'un état dépressif s'est transformé en SYNDROME DE STRESS POST TRAUMATIQUE...fort, très fort...du genre qui éloigne les autres...parce qu'envahie par une colère sourde, destructrice...on détruit ou on SE détruit...à la fin...mon état mental était TEL...que je n'arrivais plus à même m'habiller le matin...je ne trouvais plus mes vêtements...
    j'ai même dit que je me faisais voler mes vêtements...état dissociatif (j'ai retrouvé, des années plus tard, des vêtements neufs, jamais portés...étiquetés encore...dont je n'ai AUCUN souvenir avoir achetés)...mes parents m'en ont sorti...avec RUSE...parce que j'étais SOUS EMPRISE...
    ma mère est venue me CUEILLIR...doucement, au lendemain d'une intervention chirurgicale où il m'avait encore une fois laissée SEULE...(il n'avait pas regardé ma plaie non plus le médecin...NIER l'autre...je ne pouvais pas avoir été opérée, puisque je n'existais PAS)...elle a dit:"Fais un petit bagage...viens chez nous...quelques jours, le temps de ta convalescence"...elle ne pouvait pas me dire de le quitter...parce que je résistais...complètement addicte de ses punitions / récompenses...et je portais le pire des fardeaux...celui de la HONTE...
    la culpabilité, ok, plus facile celle-là...on essaie de se racheter, voir où on a failli...mais la honte...d'avoir appelé la police...d'avoir frappé ma tête sur les murs quand je luttais contre la folie...il me parlait durant mon sommeil...dormir, ça, je ne pouvais plus...et lui dormait habillé...disait que j'allais le frapper...le TUER même...non, inversion totale...c'est lui qui était en train de me tuer...ma mère a SU trouver les mots...une simple phrase qui a déclenché mon éveil, ouvert mes yeux...elle a dit:"Ça n'est PAS À TOI de porter la honte!!!"...
    j'ai commencé à comprendre...début...surtout n'allez pas croire...oui, je suis une femme brillante et sensible...enjouée, optimiste...(mais ça, vous le saviez)...j'ai ensuite voulu être reconnue...plainte officielle à la police...plainte au Collège des médecins...mais tiraillée et ambivalente...RIEN...RIEN...n'a été reconnu...il exerce encore...à été hospitalisé en psychiatrie à plusieurs reprises...l'ai su, pas par lui mais parce que je sais créer des liens significatifs et de confiance...lui a toujours nié...m'a menti...nié l'évidence...l'ÉVIDENCE...comme quand les mots ne vont pas avec les gestes...se crée une disjonction dans le cerveau...quand j'ai SU...compris...VU...il m'a balancée...n'ai pu avoir accès à lui durant plus de deux ans, lettre d'avocat menaces...surtout, que je n'aie pas accès à sa nouvelle proie...(cloisonner les relations)...sa vie, qu'un DOUBLE...alors que j'étais laissée seule (et contente) disons-le parce que FORMATÉE...et que lui...bars de danseuses, prostituées...masseuses...passait ses journées sur les chats de sexe...(oui, alors qu'il était en consultation)...rentrait à des heures impossibles...parce qu'il "sauvait" des gens...à l'hôpital...mais non, l'urgence fermait à 18 heures...rentrait à minuit...je peux PAS tout raconter...déjà j'ai peur que vous me preniez pour une folle...OUI...ça existe...personne pourrait le croire en le voyant...les médecins ont beaucoup de pouvoir au Québec...aujourd'hui, j'essaie encore de me reconstruire...parce que si je n'y ai pas laissé ma peau...y ai laissé mon emploi (que j'ai perdu ensuite...facile d'attaquer quelqu'un d'aussi vulnérable que moi)...précarité financière...impossibilité de trouver un autre emploi parce que mon ex patronne me fait de mauvaises et fausses référencés...j'étais BONNE et AIMÉE...par mes clientes (milieu où on accompagne des femmes en employabilité)...il me recontactera...rien de plus sûr que ça...proie numéro DEUX après moi...qu'il a rencontrée vulnérable et isolée (mort de son conjoint et cancer)...il va l'achever...elle croit qu'il est ma victime...non, mais non...j'écrirai peut-être plus un jour...c'est décousu...comment mettre des mots sur l'impensable et l'innommable...???

  • Bonsoir sylvie suite a votre histoire cela ressemble a ce que j ai vecu non vous n etes pa pn mais votre pn s appel t il pa mickael bon courrage si c le cas fuyer au plus vite

  • Bonsoir, moi aussi g ete la cible d'un pn, je l'ai rencontre sur un site de rencontre, au debut il m'encoyait des messages genre qu'il adore mes photos, mon sourire, mon corps en gros il m'as dit que je lui plaisait je ne repondais pas a ses messages et lui n'arretait pas de m'en envoyer des messages un jour g cedee comme je me sentais seule donc j'ai repondue a ses messages et lui donner mon numero ( il me l'avait demande), lui me parlait par telephone, me disait qu'il m'aimait et voulait faire sa vie avec moi. Au debut je ne voulais pas le croire et puis apres g finie par le croire on a discuter durant troiz jours au telephone puis apres par la suite nous avons par rompre puis on a reprit car je ne pouvais me passer de lui il avait 39 ans et moi 17 ans, comme sa voix me manquait atrocement et que ces je t'aime me manquait atrocement, je l'ai rappele et lui ai dit de passer me chercher et je lui ai dit que j'etais vierge et que je n'avais jamais fait l'amour! Et lui m'a repondu que ce n'etait pas grave qu'il allait etre patient et une fois par telephone avant quand on discutait et puis le jour du rendez vous dans sa voiture il s'est permis de rire et de me traiter de fille bizzare car je ne l'avais pas reconnue il faisait beaucoup plus vieux que sur ses photos et hum il me l'avait dit mais je l'avais oubliee! Puis je suis montee dans sa voiture puis il m'a regarde et m'a dit que que je fais beaucoup plus vieille que mes 17 ans et n'ausait pas me regarde dans les yeux quand il me parlait, parraissait complexe et avait l'air de me cache quelque chose il avait complexequand je le regardait me regardait en souriantvquand je tournait la tete et euh a un moment il ma presse la cuisse je lui ai dit genrd he he d'arreter et lui a sourit m'a ramener chez lui et m'a dit qu'il voulait me faire l'amour et a mis un film apres m'a carresse les seins puis ma partie intime m'a deshabiller m'a recarressse ma partie intime plusieurs fois puis il voulait me sucer les seins je lui ai dit non puis apres il voulait me doigter et n'arretait pas de me dire d'ecarter les jambes pour essayer de mettre ses doigts et puis je ne l'ai pas fais et pui il a essaye de mettre sa langue dans ma bouche et g tourne la tete il avait l'air fache et m'a dit comme j'ai des formes genereuses m'a dit qu'avec tout sa de viande je ne veux rien faire avec, il m'a dit egalement qu'il voulait que je le suce et qu'il voulait mettre sa queue dans ma chatte or que lorsqu'il me parlait par telephone il m'avait fait comprendre qu'il voulait mais qu'il saurait attendre et le jour ji voila donc il a voulue couche avec moi a deux reprise je le repoussait a chaque fois il a perdu patience et m'a dit de me rhabiller il m'a ramene chez moi mais avant il m'a dit des propos blessant genre je suis trop coince et quand je me suis rhabille il m'a regarde me rabille en souriant et en rigolant comme je ne le laissais pas voir mon corps car j'avais un draps qui me cachait! Hum dans sa voiture que faire l'amour etait facile et que c moi qui pense que c complique hum quand je suis malgre le fait que je ne lui pas fait de fellation ou que je n'ai pas couche avec lui jetais degoute g mal dormie durant 2 jours et euh je me sentais sale et idiote car apres je lui ai envoye deux sms pr quil me rappelle pr lui dire a quel point il mavait degoute et je me suis sentie traite comme un objet quand il me touchait colme si tout ce quil voulait ct senvoyer en l'air avec malgre le fait que je sois vierge par sa faute a chaque qun mec qui me plaisait me parlait de sexe j'etais degoute et le suis toujours g des envies de sexes mai g quand meme peur et lors de notre premier rencontre je ne voulais pas qu'il me touche mais j'avais peur de le vexer alors je l'ai laisser faire et hum maintenant je regrette beaucoup non seuleument pour la diwfference dage car il aurait pu etre dmonn pere mais aussi pour le fait que je me sois laisser faire j'en ai parle a ds amies et il m'ont dis de l'oublier c un cretin mais quelque fois il m'arrive de fantasmer sur lui car mqlgre le fait quil mai mal traite il etait de bon conseille :(!

  • bonjour a tous,

    je suis depuis 6 ans avec ce que je pensais etre l amour de ma vie. Un etre qui sait vous rendre acro et a cran ! je sortais d une relation quand je l ai rencontrer et il se trouver la comme un prince charmant qui allais m aimais !Je le connaissais depuis 2ans deja car on travaillais ensemble et c est moi qui a fait le premier pas ! il avait 28ans et habitais avec sa castratrice de mere ! il n avait jamais eu de relation longue ! J aime bien analyser les gens et je mes amis me dise que je me trompe rarement ! je me rappel que au début il m avais posais la question : qu est ce que je ressentais de sa personnalité ? je lui avais dit qu a prime abord sa a l air de quelqu’un de très gentil et calme mais qu il cache un cote noir ! je sais pas pourquoi je ressentais sa, c étais comme une intuition ! j ai toujours etais attirer par les hommes a poigne comme mon pere mais la je voulais essayer autre chose ! Trouver quelqu un qui me respect et qui est bosseur ! Je pensais que c étais le cas mais en faites pas du tout ! Hier soir, apres enguelade, rabaissement, et sanglot (de ma part bien sur car lui c un glacon sans sentiment) j ai decider d arretez tous sa ! je regarder les blogs pour me donner le courage de le quitter via les expérience d autre femme et je suis tomber sur des temoignages de personnes ayant etais detruite par un pn ! Et la eureca j ai tout compris de lui ! Sa m a fait froid dans le dos d avoir étais aussi conne ! au fur et a mesure du temps j avais l impression d etre sa fille et non son amour ! C est assez subtil comme ressenti et sa rabaisse drolement ! notre premiere relation sexuel a ete catastrophique ! sa a durer 5 sec et il c vider en moi ! Je pensais que c t parce que sa faisais longtemps qu il avais pas pratiquer mais en faites il me disais qu il aimais pas le sexe ! depuis le debut nous ne faisions pas beaucoup l amour et la frustration a commencer comme sa ! étant assez jolie je comprenais pas pourquoi il n avais pas envie de moi ! c deux derniere annee j en etais a lui quémander c grave ! je commencer une fellation et il me repoussez en me disanst que j etais obseder ! sa me rabaisser et j ai fini par le croire ! les seules relation que lon pouvais avoir il finissais par me sodomiser en m insultant ! Je preferais sa que de rien faire mais je me dit maintenant que je suis tomber bien bas !
    C est quelqun de tres casanier qui n aime pas sortir mais il fini par vous faire croire que c est de votre fautes ! c est quelqun qui va porter des jugement negatif sur vos amis et va vous l ancrer progressivement dans la tete jusqu a que vous le croyez mais sans penser que sa vient de lui !
    Je l ai jamais vu avoir des emotions a pars sous alcool ! Et sinon c est quelqun de tres colerique ! Sa n ai pas rare que lors d une dispute il vous menace de mort et tape dans les mur !Mais c est souvent quand j essaye de lui tenir tete il aime pas sa et sa le met en rage ! Une fois g eu tellement peur je croyais que j allais y passer mais il ne ma jamais frapper !Je suis issu d une famille de divorcer ou je voyais dla violence et des que quelqun leve le ton sur moi sa me petrifie maintenant ! et sa je pense que sa devais lui plaire ! Mais des le lendemain c est comme une autre personne charmante qui essayes de ce faire pardonner ! par contre il veut jamais expliquer pourquoi il a ce comportement ! lors des engueulades il dit que sa vient de moi et quand sa va mieux il dit que c est lui qui va trop loin ! par exemple hier soir je l ai pousser a parlez de notre sexualiter et a force d acharnement il a finis par me dire que c étais parce que j étais dégueulasse et que meme les vieux deguelasse ne voudrais pas de moi ! J ai l impression qui l ai jaloux de ma personnalite tellement la sienne est vide ! il a aucune compassion envers moi ! Il prend jamais en compte ce que j aime ou pas ! Cette hiver notre relation a étais chaotique ! Tout ai parti d une sorti qu il a fait lui qui n aime pas les boite, qui ne veut pas que j y aille ! Il est rentrer a 10h du matin en me disant qu il s étais perdu en rentrent, des connerie comme sa ! Puis au fur et a mesure des jours il m avouais des choses: J ai danser avec une fille et discuter avec elle ! Mais rien de plus et il c repris et na plus rien dit ! de la mon anniversaire etais peu de temps apres ! Mes amis voulais me faire une surprise et lui ma mis au courant en me disant que c t hors de question pour lui de faire c gaminerie ! il ma pourri la journe et ne ma meme pas fait de cadeau ! de la les fetes arrivant il ma laissez, pour passez les fetes avec sa famille ! Une fois j ai eu une converstion avec sa tarrez de mere, on devais se separer mais il voulais pas partir alors je voulais qu elle le persuades de retourner chez elle ! Mais la qu elle a etais ma sirprise quand elle c est mise a pleurer en me disanst que c etais hors de question qu elle le reprenne ! "il va nous faire la vie impossible comme avant " ! Je me suis senti coincer et avec le temps et dla manipulation bein j ai replonger ! Depuis qu il a un bon poste c pire car c un faire valoir pour lui ! d ailleur depuis qu il a sont contrat des que l on s engueule il me dit que je dois me barrer ! financierement il ma mis dans le trou ! Je suis bloquer mais tant pis jvais quand meme partir ! Depuis 6 mois je fais des pelades, je perd mes cheveux par plaque et sa coincide avec les periodes de conflit qui se font de plus en plus raprocher ! Il arrete pas de me faire remarquez que c moche et que sa grandit ! Enfin bref faut QUE JE ME LIBERE DE CES CHAINES !! ***j arrive a trente ans et j ai pas d enfant ! jveus constuire un foyer avec quelqu un et j espere que je n aurai pas de sequelle de cette relation destructrice ! j ai plus peur de partir mais je redoute sa manipulation ! on se sent si seul face a sa car quand j en parle a des gens qui le connaisse il me dise: "t sur il a l air si gentil " ou " C dur de tenir longtemps en couple faut que vous en parliez (mais lui ne veut parlez de rien de profond)"
    J ai meme pas besoin que l on me confirme que c est un pervers narcissique j en suis sur !!! Merci a tous ces temoignages qui m ont ouvert les yeux et apaiser le coeur ! et desoler pour l orthographe c est pas trop mon fort !

  • Bonjour,

    Je risque de choquer beaucoup de personne mais après des longues recherche et vos commentaires, j'ai compris que je suis un pervers narcissique.

    Je suis un étudiant en couple depuis plus de 4 ans et devenu libertin avec ma compagne. Il y a quelque années de cela, j'ai rencontré ma conjoint lors d'un regroupement d'adolescent et nous avons sympathisé ensemble.

    J'ai cherché à la connaitre, j'ai découvert qu'elle avait eu des souffrances pendant son enfance et qu'elle souffrait toujours. Étant jeune et naïf sans arrière pensé, j'ai voulu l'aidé à surmonter ces problèmes( ce que vous interprétez comme de la manipulation).

    Ma copine a grandit et je l'ai soutenu dans ces étapes car c'est mon rôle de copain. Elle a pris son indépendance et son mal être s'est estompé avec le temps, même si ces souffrances restent toujours car on ne peut pas refaire le passé. Néanmoins, cette relation était loin d'être normale pour moi, car j'ai compris que j'avais endossé le rôle de père lorsque je l'ai aidé.
    Je me rendais compte qu'elle se sentais redevable envers moi. Mon aide avait servi a quelque chose ce qui me satisfaisait. Mais des années on passait sans que je vive mes plaisirs comme j'aurais aimé. Un jour, j'ai voulu rompre avec ma copine pour ne pas la tromper car j'avais une envie sans fin de découvrir d'autre plaisirs. Cependant ma copine ne voulait pas me lâcher comme elle se sentait très bien avec moi. J'ai imposé une pose dans notre relation et c'est a partir de la que je me suis rendu compte que je lui avais beaucoup de mal. Elle m'a harcelé au téléphone,elle se pointait chez moi pour qu'elle me voit, elle s'est mise a terre comme une serpillère en me prenant mon pied on pleurant de pas me quitter, elle m'a criée qu'elle allait se suicidé.J'ai une petite pensé pour ce qu'y on agit ainsi comme un drogué en manque, personnellement je n'ai trouvé aucun plaisir a la voir comme cela bien au contraire. Je me suis rendu compte que j'avais réussi à la rendre dingue de moi et qu'elle était ad dicte de moi. Je lui ai dis d'aller voir un psychanalyste car je me sentais mal de savoir que c'était moi qui avait créer cette situation. Je voulais qu'elle s'en sorte sans moi, car je voulais l'aidé mais pas la drogué. Pendant ce temps la, moi je me rendais compte que mes envies d'aller voir ailleurs étaient très important ( c'est normale, on est jeune et je voulais faire ma jeunesse). Quelques semaines suivantes, j'ai revu ma copine lui expliquant que c'était vraiment fini, si on continuait notre relation ainsi j'allais devenir le pire des connards sur cette terre. J'aurais pu aller voir ailleurs dans son dos sans même me justifier et madame aurait accepté en silence. Cette situation était impensable pour un couple alors la rupture était inéducable.Madame ne l'avait pas entendu de cette oreille et m'a expliqué que je pouvais faire ma jeunesse avec elle. Depuis ce temps, on est devenu libertin et je ne cesse de m'amuser avec elle pour la rendre dingue car je sais comment le faire. Madame a fait des choses, qu'elle même n'aurait jamais pensé faire quand elle m'avait pas connu. Mais je lui impose rien du tout , elle a le choix. Elle prend goût a notre nouvelle relation et je pense après c'est plus a elle dans jugé mais elle s’épanouit.

    Etant PN mais conscient de ce que je peux provoquer ,j'ai une question pour toute les victimes qui ont été salie:

    Si votre PN était conscient et souffrait de cette situation, et ne souhaitait que trouvé des compromis en couple pour rester avec la personne qu'il apprécie énormément , que ferrez vous?

    Vous le quitterez quand même ou vous resterez avec consciente que vous êtes manipulé pour vous rendre folle dingue de lui

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu