Avertir le modérateur

La maltraitance abime le cerveau de l’enfant et déprime l’adolescent.

traumatisme, violence, cerveau, maltraitanceLa maltraitance infantile modifie la substance blanche du cerveau entraînant une susceptibilité particulière, plus tard dans la vie à certains troubles mentaux, comme la dépression ou l’usage de drogues.

article recueilli pour vous dans : Extranet des Psys
Par Neuropsychopharmacology le 01/08/2012


    La maltraitance infantile modifie la substance blanche du cerveau entraînant une susceptibilité particulière, plus tard dans la vie à certains troubles mentaux, comme la dépression ou l’usage de drogues.
Si d’autres études avaient déjà suggéré ce lien, cette recherche par IRM est la première à identifier ces modifications dans la substance blanche « communes » à l’exposition à la maltraitance et au développement, ensuite, de ces troubles psychiatriques.
Des conclusions publiées dans l’édition du 1er août de la revue Neuropsychopharmacology qui vont permettre de mieux identifier les enfants à risque élevé de développer des troubles mentaux.

    Des études précédentes ont déjà montré que la maltraitance chez l’enfant entraîne des troubles du comportement, cognitif et social, mais on n’a jamais totalement élucidé les mécanismes sous-jacents qui conduisent à ces troubles.
Des études sur l’animal ont également montré que l'exposition au stress au cours du développement du cerveau peut entraîner des changements dans la structure du cerveau, en raison de niveaux d'hormones perturbés.
Cette étude qui a comparé les cerveaux d'adolescents maltraités dans leur enfance avec ceux d’adolescents non maltraités, est l'une des premières à avoir suivi des sujets avant diagnostic de la maladie mentale.
Mieux comprendre ces mécanismes va permettre de développer des interventions de prévention efficaces.



    Les chercheurs de l'Université du Texas ont examiné par technique IRM (DTI ou diffusion tensor imaging) les faisceaux de substance blanche dans le cerveau de 19 adolescents sans antécédents personnels de troubles psychiatriques maltraités durant l’enfance et 13 adolescents « témoins » également sans antécédents de troubles psychiatriques.
Les participants ont été suivis à intervalles de 6 mois durant 5 années afin surveiller l'apparition de troubles de l'humeur et l'usage éventuel de drogues.
Les associations entre l'anisotropie fractionnelle (FA), une mesure de de la déviation standard du signal à l’’IRM et la psychopathologie ont été relevées.
Au départ, les adolescents exposés à la maltraitance infantile avaient des valeurs significativement plus faibles de FA dans certaines régions du cerveau comme l’hippocampe par rapport aux participants témoins, suggérant des perturbations de la substance blanche du cerveau.
Cette même association est constatée ensuite chez les adolescents qui ont développé un trouble dépressif majeur ou la toxicomanie au cours du suivi, suggérant que les perturbations de la substance blanche observées chez les adolescents exposés à la maltraitance durant l'enfance peut être associée à une vulnérabilité accrue aux troubles mentaux, en particulier à la dépression et à la toxicomanie.


    Hao Huang, chercheur à l'Université du Texas et auteur principal, conclut : «Les mauvais traitements rendent plus vulnérable au trouble dépressif majeur et à la toxicomanie et cette vulnérabilité peut maintenant être identifiée avant même le développement des troubles psychiatriques».

    Source: Neuropsychopharmacology 1 August 2012 | doi:10.1038/npp.2012.133 White Matter Disruptions in Adolescents Exposed to Childhood Maltreatment and Vulnerability to Psychopathology (Visuel fotolia)

 

 

Lu pour vous par Geneviève Schmit du Cabinet de Psychothérapies Brèves à Paris 17ème et en Seine et Marne

Geneviève Schmit
06.43.43.15.79

Mail

Consultations aux cabinets de Paris et de Seine et Marne
Soutien psychologique par téléphone - France - Belgique - Canada


cabinet-hypnose - blog d'actualité sur les thérapies alternatives -soutien-psy-en-ligne - Portail sur les pervers-narcissiques - Manipulateurs le Blog

Centre de recherche et d'aide aux victimes de violences conjugales et psychologiques dans la sphère familiale


Commentaires

  • Et dans ces batailles de couples, il y a un enfant, UN ENFANT DE PLUS EN SOUFFRANCE.
    Notre société ne sera saine que lors que nos enfants TOUS NOS ENFANTS ne seront plus en souffrance, lorsque tous NOS ENFANTS SERONT RESPECTES .
    MA FILLE A ASSISTE A TOUTES les violences que son père m'a fait subir.
    En tant que mère, je pensais avoir rencontré un bon futur père, un bon mari, et cette enfant a passé beaucoup trop de temps à me voir souffrir quoiqu'elle dise, rien n’arrêtait les sarcasmes de son père.
    Je m'en veux de ne pas avoir appelé à l'aide, mais j'ai toujours espéré que son père finirait par se faire soigner mais la pathologie est telle qu'il est interdit de rêver, c'est trop grave.
    Pour tenir le coup il m'est arrive de m’enivrer pour ma fille elle a une mère alcoolique qui ne l'aime pas.
    C'EST FAUX!!!!
    J'ADORE MA FILLE MAIS J’ÉTAIS DANS UNE SOUFFRANCE INSOUPÇONNABLE!!!
    Mais les pervers racontent aux enfants ce qui les flattent et font passer le parent souffrant pour un être déficient, c'est faux.
    C'est au pervers à se faire soigner pas le contraire.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu