Avertir le modérateur

"L'EMPRISE" - De la perversité morale narcissique

pervers narcissique, manipulateur pervers, PN, Clotilde Bernos, geneviève schmit, fionisme, fion, emprise perverse, lien toxique, lien pervers, perversion du lien, psychopathe, perversité morale narcissique, narcissique,L’EMPRISE - LA PERVERSION DU LIEN

Un témoignage à propos de la perversité morale

Suivi d’un « Précis sur la perversité »

Ecrit avec un immense talent par Clotilde Bernos, écrivain et illustratrice

L'emprise - la perversion du lien...

Chaque femme, chaque homme qui a vécu l'emprise perverse cherche désespérément les mots pour
traduire l'horreur et la panique vécue.
Un immense merci à Clotilde BERNOS qui, écrivain de talent, a posé pour nous ces mots qui
nous échappent !

Clotilde BERNOS nous dit:

Cette histoire est réelle.
J’ai tenté de la raconter au plus vrai, au plus juste.
Juliette B., c’est moi.
J’ai changé les noms et prénoms des autres personnages.
Mon objectif n’est pas de dénoncer les acteurs d’une histoire personnelle, mais à titre d’exemple, de dénoncer un processus universel. Et inviter ainsi à le repérer, s’en préserver ou alerter.
Parce qu’il est très destructeur pour celles, ceux qui en sont la proie, et insidieusement mortel.

La perversité morale est une maladie psychique mal connue et prospère.
Je raconte là mon histoire, soient quatre ans de vie auprès d’un homme pervers dont je n’ai su déceler la destructivité que très tard. Heureusement, pas trop tard.
Cette histoire vraie et personnelle, même si elle est très romanesque, n’a d’intérêt que parce qu’elle est universelle. J’ai appris, en parlant de ce sujet ces dernières années que la perversité sévit partout, beaucoup et depuis toujours.
Il faut savoir que le pervers ou la perverse sont des malades psychotiques qui pour ne plus rien ressentir, en particulier la souffrance, ont verrouillé l’accès de ce qui relie l’homme à l’humain : la pensée et le sentiment. Ce sont donc des carapaces d’hommes ou de femmes, vides de tout ce qui nous anime et donne un sens à notre vie.
Leur mécanique tactique implacable, liée à une totale « déshumanité » en fait des monstres masqués, programmés pour se nourrir de l’autre, leur proie, puis la détruire invisiblement et dans la jouissance. Ce sont des prestidigitateurs de mort.
Telle la mante religieuse, qui laisse la carapace du mâle après l’avoir vidé de sa substance.
Tel le coucou, « roitelet » des pervers, dont la subtile destructivité rejoint l’infini.
Sous la couverture humaine ou animale, ils ou elles agissent pour faire face au vide, à cette impossibilité irréversible de vivre et de ressentir.
Ce sont des individus malades, pathétiques, mais effroyables, dont il faut se préserver ; donc être capables de les repérer avant même qu’ils nous enferment dans leur filet, sans que nous puissions nous en apercevoir et réagir. Ce sont des malins insensibles, quand nous sommes humains, bêtement sentimentaux. Ils nous dépassent à nous manipuler subtilement et nous détruire, mais nous avons l’avantage d’être bien vivants, quand eux sont des morts qui miment la vie.
C’est notre vitalité, notre sensibilité, notre idéologie qu’ils nous envient et qu’ils tentent de détruire pour s’en nourrir.

Il me semble important pour chacun d’être informé, donc vigilant face à un processus si répandu et destructeur, qu’il entraîne beaucoup à mourir par suicide, folie, dépression, drogue, alcool, dans cette perte d’identité et de repères qu’implique tout agissement pervers.
Beaucoup d’enfants en sont les victimes si malléables, beaucoup de grands aussi.
J’ai donc ajouté à cette histoire, qui ne vaut que pour exemple, un petit précis, pour aider chacun à déceler la perversité, alerter s’il s’agit de « nos autres » ou se sauver à toutes jambes s’il s’agit de soi.
Il me semble urgent de mettre enfin, au grand jour, un processus destructeur si répandu.
Et de ne plus faire silence.

Clotilde BERNOS

Commentaires

  • bonjour
    j'en suis une belle victime.
    Aujourd'hui, séparée, je subis toujours l'angoisse de cet homme toujours présent dans mes cauchemars et dans mes journées où je rumine sans arrêt.
    Je viens de recevoir le jugement de mon divorce et même le juge est tombé dans ses mensonges et manipulations pour se faire reconnaitre victime et moi bourreau.
    Je suis anéantie car cela m'achève dans ma destruction...
    Partout je lis des articles sur ces pervers narcissiques, moi il m'a détruit et personne dans la justice ne le reconnait...
    Mon avocat ne veut pas comprendre, je ne me sens soutenue par personne dans le monde juridique et j'aurais tant eu besoin d'une reconnaissance de ma souffrance pour me reconstruire...et ils me donnent les torts exclusifs. je suis au bord du suicide !
    AC

  • chère Geneviève,merci pour tout ce dossier.

    TELLEMENT INSIDIEUX, comment nous, les victimes, qui donnons le bénéfice du doute aux autres qui tentons de comprendre d'aider au delà de nos forces en ayant conscience de nos imperfections, pensant qu'on ne donne pas assez ou trop mal .
    Comment s'en prémunir sans laisser tomber nos idéaux qui sont notre oxygène?

  • Figurez-vous que pour diverses raisons, trop longues à expliquer ici, il m'a fallu 52 ans pour le quitter ; c'était il y a ...5 ans et le divorce traine encore, en outre, j'ai pu constater qu'il me hait depuis notre mariage,
    Malgré 5 enfants que j'ai élevés de mon mieux.
    Je me suis résolue à un divorce à perte de mes biens pour essayer de terminer ma vie en paix ( ? )mais le bilan est terrible, toute une vie niée, les enfants hostiles...
    J'aimerais correspondre avec Mme Bernos pour savoir comment peut-être aider les autres.

  • j' ai ete denigre, impuissante, rabaisser,je me sent tres seule car la justice est arquoise avec moi qui croit tout ce que ce perves dit et il le pratique sur mon fils de 4 ans .
    cette enfant qui demande de l'aide urgente de sa mere dont j'essaye mais personne ne veut ecoute les avocat quand ils entende cela ils s'en vont en courant car il ne veulent pas perdre leur but c'est l'argent et si tu en a pas tu as un avocat commis d'office ou est la justice je ne comprend plus et je ne sais plus vers qui me tourner..................

  • Presque 20 ans de mariage, 2 enfants dans la tourmente dès leur plus jeune âge, même déjà dans mon ventre, ma personalité niée, le mensonge permanent de sa part jusqu'à me faire douter constamment de mes propres facultés, comme si'il voulait me rendre folle, ... bref, le tableau vous le connaissez. La justice ... j'en ai une toute autre opinion maintenant, d'ailleurs je n'essaie même plus d'y faire appel ! Le seul moyen de s'en sortir pour moi, ça a été de le laisser dire et agir, ne pas riposter, laisser le temps au temps. Et finalement, les gens ont vu et voient encore, je n'ai pas besoin d'expliquer (je ne le peux pas de toutes manières), ses actes parlent pour moi ! Ma plus belle victoire, ce qui l'anéantit lui progressivement, c'est de me reconstruire et de conserver ma volonté de vivre ... enfin ! et sans lui !! c'est mon désir de nourrir le loup blanc ...
    J'ai changé, j'ai depuis énormément de mal à accorder ma confiance et je reste très très prudente !
    Courage à vous, victimes comme moi je l'ai été.

  • J'ai connu il y a 4 ans un homme de 22 ans mon aîné que j'ai tout de suite adoré. Il m'aimait, tout au moins je le croyais. Puis très vite deux plaintes contre moi sont arrivés de ses enfants (plaintes mensongères rejetées par le tribunal), puis ses soeurs s'y sont mises , insultes, insinuations comme quoi je l'aliénais, le dénuais de tout, etc... et il n'a jamais bougé. Il n'a jamais dit à ses soeurs ce qu'il me disait à moi, qu'il m'aimait, qu'ils me laissent tous tranquilles. Il jouait, se régaler de ma tristesse. j'ai fait une dépression soignée à temps heureusement et il y a peu de temps que je me suis rendue compte que je m'obstinais à l'aimer mais que j'allais à ma perte. Il jouait avec moi, me manipulait, et j'ai décidé d'arrêter. mais c'est très difficile, très, car ce genre de personne nous rend dépendante et ça nous laisse démunie , saccagée .

  • Bonjour,
    je viens de faire le constat, après 12 ans de vie commune (pas de mariage - encore une chance) mais un petit garçon de 2,5 ans, que je souhaite protéger... C'est terrifiant de voir les 3 visages pourrais-je dire que mon conjoint peut prendre : une face - "normal", une face montrant la détresse et la face que l'on n'aurait jamais voulu voir - le despote! J'ai prévu de lui annoncer que je faisais un break - comme il m'en a menacé plusieurs fois lui - sans jamais le faire. De mon côté, je sais que ce n'est pas un long fleuve tranquille qui commence! mais je vais essayer! C'est inimaginable de voir ce que l'on peut endurer dans ce lien avec le PN...

  • Pourquoi n'ai je pas trouvé ces informations plus tôt!.
    Je voyais bien que des choses n'allaient pas, mais je me suis accrochée pour réussir notre vie.
    J'ai trouvé des excuses, j'ai pardonné maintes fois. 30 années de leurres, 30 années de perdues au nom d'un amour qui était à sens unique.
    Il a failli réussir à me détruire. Il espérait ma mort, mise en scène avec brio. Il a voulu ME TUER. Frappée, humiliée, dénigrée, dépossédée de mes biens, violée.
    Comment faire entendre cela à la justice? Pas de preuves. Après avoir avoir été violée, pleine de honte et de bleus, qui a envie d'aller étaler sa honte?
    Mon mari m'a violé. C'est tellement horrible, que le mieux c'est de l'enfouir loin dans son inconscient. et pour être aller faire une déposition (classée sans suite bien sur!), il en faut du courage, et pouvoir se mettre à l’abri aussi. et par hasard, plus d'amis, plus de réseaux social, plus de famille. la boucle est bouclée.
    Après le traumatisme, il faut réussir à survivre.
    Honte à la gendarmerie, honte pour leur accueil, honte à eux de ne pas m'avoir proposé UN numéro d'écoute, honte à eux de m'avoir mise en danger, alors que je cherchais désespérément de l'aide!

  • bonjour lorsque je lis vos commentaires ,cela me donne de la force pour ne pas avoir comme vous souffert de tant de honte et regeter du commissariat à plusieurs reprises avec ce déchirement d'une mère pour sa fille agée de 16 ans et qui au lieu de se confier à un agent de la sécurité des citoyens victimes de violences psychologiques et bien non il a fait pleurer d'avantage en lui donnant une leçon de moral et lui dire """""tu ne vois pas que c'est ta mère qui te manipule" "va faire des excuses à ta grand mère " en la coincant près du mur loin de moi ou on m'empèchait de la prendre et sortir !!!!10 mn que l'on oublie jamais après avoir crier ma colère et de leur dire qu'il ne sont pas psychologues ! et d'arreter de dépasser leur fonction il a fini par la lacher ,je me suis longtemps culpabilisée car l'envie venait d'elle afin que je puisse déposer une main courante destinée au juge je suis donc aller à l'hopital l'a montrer à un médecin et qu'elle se confie résultat :certifcat état de choc émotionnel 0 itt ........pour que cette violence psychologique puisse dépasser ce chiffe je compte et suis certaine que tant qu'il y aura des femmes hommes et toutes profession confondues nous briserons ce silence de violences faites en silence si destructive et éviter des suicides...

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu