Avertir le modérateur

Assassinat de Rachel

Au-delà  du drame …

Rachel Martin, manipuateur pervers narcissique, pervers narcissiqueRachel m’avait appelée et nous avions eu un échange 3 jours avant son meurtre. Ensuite plus aucune nouvelle, et pour cause, jusqu’à ce que la Police m’appelle pour l’enquête et m’apprenne son assassinat.

Elle m’avait fait part de sa peur, de la dangerosité de son mari.
Elle m’avait aussi dit qu’elle retournait vers lui … comme « téléguidée »

25 janvier 2014 – Meurtre de Belfort : le suspect mû par une « irrépressible pulsion de mort », véritable  »coup de folie » et une « jalousie aiguë ».
L’homme, qui présente des « traits de psychopathie, c’est-à-dire d’impulsivité et d’instabilité » et « un sentiment très aigu de jalousie », n’a pas accepté leur récente séparation, qui remonte à quelques semaines. « Froideur et absence d’empathie »....
Voilà ce que disent les journaux locaux ...

 

Votre sécurité dépend de vos choix, maintenant!

Rachel Martin, manipuateur pervers narcissique, pervers narcissiqueEt, si nous aidions les victimes à puiser plus profondément en elles mêmes le reste d’énergie vitale afin de les pousser à prendre leurs jambes à leur cou, de se mettre hors d’atteinte et d’y rester.
Aidons les à se libérer de leur dépendance affective et de leur addiction à leur bourreau!

Les victimes sont reconnaissables du fait de leur grande capacité à se remettre en question.

Alors pourquoi ne pas utiliser cette ressource là en l’accompagnant dans un objectif de vie et de liberté plutôt que d’enfermement et de soumission à l’autre ?
Ne vous battez pas contre eux – Battez-vous pour vous !!!


Des voies existent – Des voix témoignent

A toutes les femmes qui n’ont pas encore l’impulsion vitale et risquent de retourner une fois de trop vers leur assassin potentiel …

Témoignage en mémoire de Rachel, morte de plusieurs coups de fusil par son mari manipulateur pervers narcissique et dédié à toutes les femmes qui n'ont pas encore trouvé la force d'agir !

 

- Lire l’article en entier et les témoignages -

Commentaires

  • bonjour,rassemblons-nous pour Rachel tout le monde doit savoir ce qu'esmt un PN allons à son procès, bougeons nous; nous qui sommes encore en vie
    associons-nous pour faire entendre notre voie
    rendons hommage à Rachel
    moi aussi, mon EX PN de mari a essayé de me tuer
    un crime parfait comme on en voit dans les filmmais finalement il m'a tué car il m'a pris mon fils et maintenant à 70ans, on me découvre des maladies dûes à mes stress à "tous mes malheurs"
    ne faites pas comme moi, ne donnez pas votre santé, car au début on ne se rend compte de rien, mais après IL a bel et bien eu votre peau, ce qu'il cherchait depuis le début
    la justice doit le reconnaître
    soyeux fortes ensembles

  • PARTIR avant l'irréparable,AVANT de mourir ou de perdre la raison.
    l'animal dangereux qui habite le pervers surgit de façon imprévisible et devient capable du PIRE.

  • Déjà condoléances aux parents de Rachel.

    Juste un mot pour aller au delà de l'émotion que peut susciter cette info... Croire que l'amour peut changer un comportement violent est une illusion que les manipulateurs ET le formatage culturel entretiennent... D'autre part certaines personnes ont besoin de se retrouver au fond du fond pour réagir...
    Alors aussi terrible que soit vos conditions, dés qu'un acte de violence s'est produit, il se reproduira obligatoirement dans le couple (au passage, il existe AUSSI des hommes battus, même si la proportion est nettement au détriment des femmes (9 fois sur 10 il s'agit d'une femme, quand un conjoint est frappé au sein du couple... Et toutes les violences ne sont pas QUE physiques, et il y a autant de PN femmes qu'hommes...). Donc la solution est de fuir avant qu'il y ait escalade.
    Pour ceux et celles qui n'ont pas le courage de le faire tout de suite, un certain nombre de précautions : toujours avoir un portable sur soit, réfléchir avant que ça ne se produise et donc que vous soyez en panique, à un tas de plan de repli. Ayez TOUJOURS dans votre voiture ou un petit sac à portée de main un "kit de survie" : papiers d'identités (ou au moins leurs photocopies), carte de groupe sanguins, et récapitulatifs de vos allergies, et autres intolérances aux médicaments, carte vitale (ou sa photocopie), des doubles de clefs du domicile et du lieu de travail si jamais et des rechanges (au moins au niveau des sous-vêtements), et environ une centaine d'euros (histoire de pouvoir dormir dans un petit hôtel qques nuits), et quelques paquets de nourriture non périssable, et un sac de couchage ou une couverture si vous disposez d'un coffre, ou d'une amie de confiance. Et SURTOUT, même s'il faut les voir en cachette, ne perdez surtout pas contact avec vos connaissances et votre famille (toujours utiles pour vous héberger qques jours). Dans le même ordre d'idée, s'il/si elle vous a coupé de toutes vos connaissances, prenez contact avec des associations pour femmes battues (il n'existe pas d'équivalent pour les hommes...), et mémorisez leur numéro sous un faux nom dans votre téléphone (par exemple le prénom de votre mère, si vous l'associez à la sécurité pour le commissariat le plus proche etc...) au cas où il/elle fouille dans votre portable, et faites une copie papier des numéros en question que vous glisserez dans votre kit de survie...

    N'hésitez pas à franchir les portes de commissariat, et déposer sur la main courante des actes de violences dont vous avez été victime, si vous ne voulez pas porter plainte, et SURTOUT n'oubliez pas que vous n'êtes pas pires que n'importe qui, quoi qu'en dise votre conjoint. A partir de là, soit on vous respectes, soit vous fuyez.

    (désolé d'une intervention aussi longue)

    Jean-Michel

  • Bonjour,

    De tels drames sont malheureusement "communs" et ne font pas la une des médias. Tout un travail de sensibilisation est nécessaire, mais comme il sera très diffus, il est très difficile de toucher les personnes concernées. Puis il convient de faire la différence entre un processus (perversion narcissique) et un état ponctuel (jalousie, sentiments divers, exacerbation d'une situation), conduisant à la violence et/ou au meurtre ou assassinat.
    Quant aux propositions de Jean-Michel, je crois qu'il faut être dans une situation de psychose délirante ou de paranoïa pour en arriver à une telle organisation. Le partir doit se passer bien avant les crises et ne pas être vécu comme la situation extrême. Quelle vie alors pour la personne victime ?
    Par ailleurs, il me semble que "PN" se conjugue aussi au féminin, sans les mêmes phases terminales concrètes, mais tout aussi destructrices psychologiquement et mentalement. C'est autrement pernicieux, mais le processus de destruction de l'autre pour se l'accaparer est le même.
    Cette psychopathie inspire des questions fondamentales :
    - quel est le but égoïste en la/le "PN",
    - avoir un animal domestique "à son image" n'est-il déjà pas un signe ou un refuge,
    - quelle satisfaction retire la/le "PN" à détruire ce qu'il a admiré.
    Bonne lecture et réflexion à vous toutes et tous.
    Bruno

  • Toutes mes pensées vont à Rachel et à sa famille,

    J'aimerais apporter mon témoignage.

    J’ai vécu 15 ans avec un PN, nous nous sommes mariés et avons eu 2 enfants.
    J’ai été pendant des années sous sa dépendance financière, j’étais sa salariée et c’est lui qui me payait mon salaire. J’étais entièrement à sa merci tant psychologiquement que matériellement.
    Mais, sa passion pour l’argent ayant été plus forte, après 4 mois sans travailler où il me payait mon salaire, Il a accepté de me licencier et j’ai pu me mettre à mon compte et mettre de l’argent de côté pour le jour où je serais prête à partir. J’ai mis 2 ans pour avoir le courage de le faire.
    Ce jour où l’évidence m’est apparue que je devais m’enfuir est arrivé, il y a 4 ans.
    Un jour où il a fait une crise (il était quelqu’un d’autre), il s’en est pris à notre fille. Je n’aurais jamais pensé qu’il aurait pu être violent physiquement avec les enfants.
    Cela a été mon déclencheur, j’ai pris la décision que ça suffisait d’avoir peur. Terminer. Fini. Que je devais protéger mes enfants et moi même.
    Des séances de psychothérapie et d’EMDR m’ont donné le courage de faire ce pas de géant.
    Et aujourd’hui, je suis enfin libre, la liberté n’a pas de prix. Elle demande beaucoup de courage (et nous en avons pour supporter ce qu’ils nous font subir) mais c’est que du bonheur.
    Rentrer à la maison sans la peur au ventre, assumer mes propres choix, pouvoir parler sans jugement dévalorisant, sentir la joie de mes enfants, me construire un avenir équilibré,
    EXISTER tout simplement. Pour moi c’est ça le bonheur.
    On dit que Nous sommes responsables à 100 % de notre vie, si nous avons choisi de vivre cette expérience avec un PN, c’est que nous sommes suffisamment fortes pour la vivre mais cela n’a de sens que si l'on s’en sort.
    Je voudrais vous dire ceci :
    Courage les filles (et les garçons), le bonheur est à portée de main si on s’en donne les moyens.
    Traverser le mur qui se trouve devant vous, n’ayez pas d’état d’âme. Le risque de se perdre n’est pas derrière le mur mais devant le mur alors allez y franchissez le,
    Si vous lisez le site de Geneviève, c’est que vous sentez bien que quelque chose ne va pas dans votre relation, alors réagissez, s’il vous plait, avant d’en arriver à un point de non retour.
    Mon conseil si vous êtes encore sous emprise, c’est :

    1 - Faite vous aidez psychologiquement pour enclencher le processus de guérison et vous donner le courage de sortir de cette emprise
    2 - Choisissez un avocat spécialiste en PN, c’est primordial pour se sentir comprise et être bien défendu
    3 - Fuyez cet être malsain avec l’aide de votre avocat.
    4 - Surtout continuer le suivi psychologique jusqu’à la reconstruction totale.

    Nous avons la chance aujourd’hui d’avoir des personnes comme Geneviève qui ont fait de leur expérience un tremplin pour nous aider à nous en sortir alors ne refuser pas les mains tendues.

    REAGISSER – FUYER –
    VOUS N’ETES PAS SEULE

    Merci à Geneviève et à toutes les personnes qui se battent pour nous aider.

  • Mme. Je vs ai déjà contacté plusieurs fois. Ça fait 6ans que je mebats x reprendre mon fils qui a 11ans aujourd'hui.
    Là police ne fait absolument rien. Je me suis enfuie avec mon enfant, et depuis sept.je ne le vois plus.
    J'attends impatiemment d'aller au tribunal des mineurs.
    Je vois mon av.mercredi.
    Mais personne ne touche ....à un médecin. Le mien est un cas car il a fait des dépressions avec séjours en hop.et tentatives de suicide.
    Mon fils a été greffe AVEC MOI À SES CÔTÉS ET NON MON EX pendant 18mois d'isolement.
    C'est impressionnant mais la justice ne bouge pas et les procédures sont bcp trop longues, surtout lorsqu'il s'agit d'enfants pris en otage, et malades de surcroît, comme ds mon cas.
    Je voudrais écrire un livre, et peut être faire un film.
    Si vs connaissez une personne capable de faire ma biographie, n'hésitez pas à lui donner mes coordonnées.
    Merci

  • As-tu pensé un instant que tu aurais pu sauver cette victime?

  • Bonjour Samy,
    Est ce à moi que vous vous adressez ?
    Si c'est le cas, il n'est en le pouvoir de personne de "sauver" celui qui ne veut pas encore l'être ... hélas.
    Cordialement, Geneviève Schmit

  • Toutes mes condoléances à la famille de Rachel et à ses amis.
    Peut être que vous n'avez pas pu la sauver à temps des griffes du PN. Mais ne culpabilisez en rien de cela.

    Il doit être condamné pour être mis hors d'état de nuire auprès de quiconque,expertisé pour ce qu'il est.
    En souhaitant que celui là n'échappera pas à la justice.
    Un PN aura beau joué la comédie, il ne changera jamais.

  • Bonjour, tout d'abord merci pour votre site, qui est un grand réconfort : j'ai beau être parvenue à me sortir de PN successifs - mon père, un collègue de travail et mon ex compagnon - le temps est pour moi à une prise de conscience de ma personnalité dépendante affective et la recontruction est un long chemin. Je m'adresse à Spinelli message du 25 mai 2014, qui cherchait un biographe pour écrire sa vie : je peux tout à fait le faire, je suis biographe familial, et outre mes compétences en écriture, je serai forcément heureuse d'aider et contribuer à la mise en lumière de ce phénomène trop encore méconnu de perversion narcissique. Si vous pouvez me mettre en contact, je vous en remercie, et encore bravo pour votre travail !

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu