Avertir le modérateur

Articles

  • Manuel anti Manipulateurs Pervers Narcissiques

    Vous venez de réaliser que vous êtes sous l’emprise d’un manipulateur pervers…
    Réagissez et protégez-vous, mais pas n’importe comment.

     

    Je suis également là pour vous y aider …

    Lire la suite

  • Maltraitance institutionnelle: DIABOLISATION DE LA MÈRE ET DE L’ENFANT?

    "On assiste bien à une entreprise de diabolisation de la mère et de l’enfant, c’est typique, pathognomonique pourrait-on même dire de ces situations. Dans ce livre, je décris tous ces mécanismes d’alliance qui peuvent impliquer des professionnels. Il y a des alliances perverses, c’est-à-dire que le parent maltraitant peut alors s’appuyer sur un professionnel lui-même pervers qui va s’allier à leur cause (oui ça existe !), les défendre, et contaminer aussi tout le reste de l’institution. Ils arrivent aussi à cultiver le déni des gens et à construire avec eux ce qu’on appelle la communauté de déni (on tait quelque chose dans un pacte tacite souvent inconscient pour maintenir le déni qui nous protège). Ils arrivent au travers de nombreux mécanismes que j’ai décrits (alliances diverses, emprise, manipulation, contamination délirante…) à mettre les professionnels de leur côté, ce qui est finalement assez facile parce que l’on n’a pas envie de voir ces drames-là. Ce n’est pas très dur de se ranger du côté du bourreau, c’est plus difficile et coûteux psychiquement de se ranger du côté de la victime…"

     


    -lire la suite-

  • Victime de pervers narcissique; Pourquoi moi ?

    Y aurait-il une prédisposition à être victimes de manipulateurs pervers narcissiques?

    Cela ne fait pour moi aucun doute, mais ce propos doit être nuancé.

    Ce point est essentiel à comprendre pour mieux se protéger, se reconstruire et, le cas échéant, aider nos enfants à se prémunir de la toxicité de certains individus.

    Force est de constater que nous vivons dans un monde en perpétuelle crise et que, pour y survivre peut-être, beaucoup usent de leurs influences pour se protéger. La manipulation perverse semble bien devenir un moyen efficace pour s’imposer aux autres, vus ici comme rivaux, et offre le bénéfice d’échapper à une remise en question personnelle.

     

    Le profil psychologique des victimes que je rencontre au quotidien semble caractérisé par une certaine fragilité émotionnelle, un manque de confiance en soi, une mauvaise image de soi, et d’un sentiment d’impasse, voire d’impuissance. Je note également une configuration récurrente: celle d’un choc émotionnel précédent la rencontre perverse. Cet état d’être intérieur et profond tend à faire émerger une peur, consciente ou non, de l’abandon, du rejet, de la solitude. Cette conjoncture amène la « proie idéale » à un état d’hyper-empathie qui aura tendance à l’inciter à donner vie à ses rêveries rassurantes et à idéaliser la rencontre.

    Ces éléments constituent les failles qui rendront possible l’attraction comme la captation perverse.

     

     

    -Lire la suite-

  • Souffrance de la victime face à la justice

    Pièges et souffrances des victimes de pervers narcissiques face à la justice

     

     

    Ces terribles pièges auxquels font face les victimes de violence conjugales et familiales

     

    Se rendre compte que l’on vit avec quelqu’un de violent ou avec un pervers narcissique est souvent le début d’une épreuve très difficile à surmonter. Car porter plainte, l’étape suivante est loin d’être une sinécure.

     

    Interview pour la rédaction d’Altantico

     

    Dans votre article: « La plainte et la justice face au pervers narcissique », vous expliquez que « la plainte n’indique pas la fin d’un problème, mais bien le début d’un autre : celui d’être prise au sérieux ». En matière de divorce,  quelles sont les principales difficultés rencontrées par celles qui en font la demande ?

    Effectivement, la prise sincère de décision de se séparer, ou de divorcer d’un pervers narcissique est un choix étourdissant, affolant même. Ce choix signe un point de non-retour, et cela même s’il y a déjà eu des « menaces » ou des tentatives avortées dans le passé. Dans tous les cas, il y a une nouvelle dynamique relationnelle dangereuse qui se met en place.

    En demandant, et parfois même en acceptant le divorce, la victime, homme ou femme, commet un crime de lèse-majesté; elle brise le pacte, elle brise l’image et devient la personne à abattre.

    Ce moment ne doit pas être pris à la légère. L’idéal étant de prendre le temps de bien préparer son « coup », son dossier, et de mettre immédiatement à l’abri tout ce qui peut encore l’être. Il est essentiel que la victime se prépare à l’annonce de sa séparation ou du divorce. Il est impératif qu’elle sache se taire, garder le secret de son choix le plus longtemps possible tout en contre manipulant et en se préparant avec détermination.

     

    Le temps joue contre la victime, le temps joue pour le pervers narcissique.

     

    Lire l'article entier

  • Pourquoi tant de haine ?

    Pourquoi les manipulateurs pervers narcissiques peuvent-ils exprimer subitement autant de haine envers leurs victimes ?

     

    Témoignages:


    Martine confie: « Un mois avant ça allait (bien sûr sans compter l’austérité et les culpabilisations qui duraient depuis 8 ans). Pourtant, la semaine qui suivi ma fracture à ma cheville tout a commencé à se dégrader. J’ai eu l’impression qu’elle était dépassée par la situation et elle est devenue comme hystérique! C’était le diable en personne !
    Jusqu’à ce jour, et depuis 8 ans, c’était moi qui assumais toutes les tâches du quotidien. Et là, du jour au lendemain, elle a été contrainte de faire face à toutes ces responsabilités, même celle de sortir les chiens. Cette situation a fait dégringoler la stabilité maintenue artificiellement, celle de notre couple, en un rien de temps ! J’ai eu l’impression qu’elle m’en voulait d’avoir eu cet accident. »

     

     

    Pendant des mois, des années parfois, le manipulateur pervers retient sa proie. Il la dirige habilement et la contrôle avec tous les outils qu’il possède naturellement: notamment son grand pouvoir de culpabilisation si facile à renforcer chez la victime, celui qui consiste à la déstabiliser par des flatteries qu’il alterne avec des dévalorisations plus ou moins sournoises… en bref, il drive son attelage avec maestria.
    Le pervers narcissique vit dans « son monde », avec ses certitudes rassurantes et auto valorisantes. Il limite et cloisonne les contacts et les informations. Il se croit tout puissant et autorisé de ce fait à dépasser les limites imposées par la société qui l’entoure. Il se prend pour Dieu. Ce comportement lui est parfaitement naturel et même vital.

     

    Le prédateur met en place toutes les stratégies protectrices utiles face aux situations pouvant générer une frustration ou une angoisse trop grande. Son propre équilibre en dépend.

     

    - Lire l'article intégral -

  • L’assertivité et l’art de dire les choses

    assertivitéComment dire les choses qui permettront de sortir des impasses relationnelles ? Ça paraît simple mais on s’aperçoit que dès qu’il y a quelque chose d’émotionnel dans la relation, ça bloque ou ça sort n’importe comment ou ça ne sort pas du tout. Très souvent, les tentatives d’explication aggravent le différend relationnel.

     

    Comment s’y prendre pour être écouté ?

     

    Il existe différents registres de communication. Qu’il convient de différencier.

     

    Le premier registre de communication est celui des faits.

    Un fait se définit par son caractère indiscutable. Que cela vous plaise ou non, c’est comme ça. Ce n’est pas une question de point de vue. Napoléon est mort à Sainte-Hélène en 1821. Du coup, le fait permet de se mettre d’accord et on peut donc s’en servir pour dire les choses.

     

    Le deuxième registre à connaître, notamment pour l’éviter, est celui des opinions.

    Autant le fait est indiscutable, autant l’opinion est discutable à l’infini. Chacun peut avoir son opinion sur telle ou telle question. Moi je crois que les vacances à la montagne c’est bien et que Beaubourg c’est moche, voilà. C’est un registre à éviter lorsqu’on a besoin de dire les choses puisqu’il peut prêter à discussions interminables et donc à réfutation et non écoute. Notamment lorsqu’il s’agit d’un différent relationnel.

     

    Car l’opinion comporte un jugement. Juger une situation, ou l’autre ou les deux. Et à démarrer par un jugement, on va aisément bloquer la relation. Ce n’est d’ailleurs pas une mince affaire de laisser de côté le registre des opinions puisqu’il semble que 90 % de nos propos et échanges soient constitués d’opinions et de jugement. Bien pas bien, intéressant pas intéressant, sympa pas sympa, beau pas beau. Blablabla qui nous occupe beaucoup. Pas toujours de façon très utile. « En un mot comment vas-tu ? – Bien ? – Et en deux mots ? – Pas bien. »

     

    - Lire la suite -

     

    Schmit, Pervers narcissique, Manipulateur perversDans l'article un interview de Geneviève Schmit sur:

    Comment l'emprise perverse se met-elle en place?

     

     

     

  • Emprise et perversion narcissique

    Emprise, vous avez dit « emprise »

    Un article de Gérard-Yves Cathelin 
    Psychanalyste, addictologue et psychothérapeute
    Château Thierry (02) et La Ferté-sous-Jouarre (77)
     

    Le lien d’emprise est formé d’un choix de détruire toute l’humanité chez le (la) partenaire pour l’utiliser à sa guise comme une marionnette.
    Derrière l’emprise le pervers narcissique, le destructeur, à une haine de lui-même.
    Cette haine, au lieu d’être gérée par le pervers narcissique, va se diriger contre autrui, la victime. Ainsi toutes les réponses seront perçues comme inappropriées.

    De ce fait le pervers narcissique avec l’emprise emprisonne sa victime. Cette dernière sera empêchée d’agir, de penser, d’imaginer.
    L’emprise se met à la place de la séduction, elle vise à « ligoter » la victime et son autonomie.
    Le pervers narcissique qui met sous emprise, impose un aveuglement « Tu dois penser comme je pense, ne parle pas, je parle à ta place, car tu es nulle et je suis intelligent« .

    « Plus les rapports sont soumis à l’emprise, plus ils se dégradent, s’étiolent. C’est le revers de la médaille, les autres ne sont que des serviteurs à étancher toutes les soifs … » Pascal Bruckner – Misère de la prospérité.

    La victime est maintenue dans cet enfermement, elle est niée, annulée dans son identité d’ « Être Au Monde »

     

    Pour lire la suite:
    Emprise et perversion narcissique

  • Peut-on devenir ami avec un pervers-narcissique?

     

    Récemment, on me posait cette question:
    « Quand votre perverse narcissique vous dit qu’elle « veut » être amie avec vous, qu’en pensez-vous? »

     

    Pour le pervers narcissique, l’amitié n’existe pas, pas plus que l’amour d’ailleurs… Pour lui, ou elle, seuls existent des liens d’intérêts.
    Il lui sera donc possible de feindre l’amitié, longtemps parfois, au point d’y croire lui-même, parce que ce lien lui rapporte quelque chose qu’il ne pourrait obtenir par lui-même.

    On n’est pas « ami » avec un PN,
    on lui est « utile ».


    L’intérêt que le pervers narcissique porte à l’autre peut être de différentes natures. Ce peut être parce qu’il lui sert de sésame pour entrer dans une sphère relationnelle qui lui serait fermée, parce qu’il aurait en retour l’admiration nourricière si vitale ou parce que cela entrerait dans une stratégie plus élaborée.

    Il est fréquent de voir des pervers narcissiques avoir une victime secondaire, du même sexe la plupart du temps. Cette personne le suit, tel un toutou, et cela même s’il lui fait vivre toutes les humiliations et brimades possibles. Malgré tous ces rabaissements, le petit satellite martyr reste fidèle… Pourquoi ? , tout simplement car il y trouve un bénéfice secondaire. Il s’agit la plupart du temps d’un sentiment de protection face au reste des personnes qui sont perçues comme hostiles. Ou alors, un sentiment de valorisation motivé par l’intérêt que lui porte cet être si brillant. Il s’agit sans aucun doute d’un phénomène de projection du petit satellite sur le soleil qu’il poursuit … De toute manière, chacun y trouve son compte.

     

    - Lire la suite de l'article -

     

    Geneviève Schmit, experte dans l'accompagnement des victimes de violence psychologique et manipulation perverse.

    Retrouvez moi sur mon site: http://soutien-psy-en-ligne.fr
    Et sur mon Facebook : Soutien.Psy

  • Hommes victimes de manipulatrices perverses

    homme victime de PNLes hommes peuvent aussi être victimes de manipulatrices perverses !

    Les hommes victimes de violence conjugale sont souvent victimes d'abus à la maison, que ce soit de la part de leur femme ou, dans le cas des couples de même sexe, de leur partenaire.

    La violence est souvent un problème de perte de contrôle. Lorsque l’on ne trouve pas les mots pour exprimer ses émotions, ses frustrations, les gestes prennent le relais.

    Les agresseurs pensent qu'ils ont le droit de manipuler, de contrôler et d’humilier une autre personne. Cette croyance est non seulement tenue par des hommes, mais aussi par certaines femmes.

    Nous savons que beaucoup d'hommes vivent l’abus et qu’ils gardent cette expérience traumatique secrète… Il est difficile d’assumer cette position de manière publique dans une société ou l'homme est encore figé dans un statut dicté par un patriarcat héréditaire.

    Mais quelles que soient les traditions sociales, il n’y a aucune différence entre la souffrance individuelle, la peur et la douleur ressenties par un homme et celles ressenties par une femme dans une telle relation abusive.

    Il est essentiel que la souffrance soit prise au sérieux, et que le soutien, la prise en compte et l'aide soit disponible en cas de nécessité, sans aucune distinction de sexe !

     

     

    La plupart des effets de l'abus de violence domestique sur les hommes sont les mêmes que pour les femmes.
    Comme les femmes, les hommes victimes de violence conjugale sont susceptibles d'être profondément atteints dans leur estime d’eux même. Ils risqueront de vivre une perte profonde de confiance, se sentir isolés, coupables et confus au sujet de leur situation.

     

    Thomas : « Au début, elle m'a découragé de voir de vieux amis, en particulier les femmes. Elle a menacé de recourir à la violence contre eux. Par exemple : « Si telle ou telle visite ici, je vais mettre un couteau dans ses tripes. "... Elle disait être draguée par mes amis... Cela m'a laissé méfiant de mes amis. J'étais fou de jalousie. Tout cela a eu pour effet d'endommager mon réseau social. "

     

    Un grand nombre de victimes masculines d'abus ont des difficultés à définir cette violence subie comme telle. Cette réalité est partiellement due à l'image que notre société a de l'Homme. Les hommes sont souvent considérés comme forts, autoritaires et machos. On enseigne aux garçons, dès leur plus jeune âge, qu'il est indigne pour un homme de pleurer et d’exprimer ses émotions.
    Pour beaucoup encore, l'idée qu'un homme adulte puisse avoir peur ou être vulnérable est un sujet tabou. L'idée qu’un homme, le plus souvent physiquement plus fort puisse être battu, semble ridicule.

    De ce fait de nombreux hommes victimes de violence se sentent "moins hommes", comme s'ils n’étaient pas suffisamment virils que pour avoir la capacité de prévenir ces abus.

     

    Anon : "... Elle avait l'habitude de régulièrement crier contre moi et m'a frappé, mais quand j'ai eu besoin de points de suture à la tête elle m’a attaqué avec un couteau."

    Thomas : «Betty m'avait menacé avec un couteau à de nombreuses occasions, et j’avais esquivé ces missiles avec succès. Elle a finalement atteint son but un matin en me frappant avec un bol à un centimètre de mon œil. Je suis arrivé au travail ce matin-là avec des vêtements tachés de sang et ai dû expliquer ma situation …"

     

    La réalité est également que si un homme est agressé physiquement par son épouse ou partenaire, il choisira souvent de prendre une raclée plutôt que de riposter pour se défendre et causer ainsi un préjudice à l’agresseur. S'ils ripostent, ils sont conscients que leur force causerait de graves dommages et qu'ils ont de grands risques d’être accusés d'être un agresseur eux-mêmes !

    "Un homme de mon village, un grand gaillard tout doux que je connais un peu vient de me parler… Il s’est fait battre par sa femme, une petite nana d’1m60… il a le visage lacéré. Il est effondré, m’avoue en baissant les yeux que ce n’est pas la première fois qu’il se fait frapper…
    Il refuse de déposer plainte… me dit qu’il ne peut pas être «méchant» avec elle, qu’ils sont mariés depuis 20 ans… qu’il l’aime et ne comprend pas.
    Ensuite il me dit que c’est forcément de sa faute à lui, qu’il a fait quelque chose qu’il ne fallait pas. Il tente de me faire croire qu’elle a raison de le battre, me parle de son manque de courage me dit qu’il ne «doit pas avoir de couilles».
    Je lui fais remarquer qu’il sait parfaitement que s’il avait répondu à sa violence il aurait blessé sa femme et qu’il ne veut pas lui faire de mal ! Que son courage est justement de ne pas répondre par la violence. Il redresse alors sa tête et me regarde enfin dans les yeux ! Il se sent compris.
    Il ne veut pas déposer plainte. Il a peur du regard des Gendarmes dont certains le connaissent sûrement… Nous sommes dans un petit village… Il a honte."

     

    Geneviève Schmit

    Extrait du manuscrit qui sera publié aux Éditions Grancher en mai 2016

     

    Restons en contact sur mon Facebook:  Soutien.Psy

     

    © Geneviève Schmit – diffusion

    La reproduction intégrale de mon écrit est autorisée. Cependant, mon nom complet ainsi que le lien actif de la page du site internet http://pervers-narcissiques.fr est obligatoire.

    Vous remerciant de votre compréhension ainsi que de l’intérêt porté à mon travail, Geneviève Schmit.

     

     

  • Triangle relationnel

    Triangle relationnel dramatique de Karpman

    .

    La victime du manipulateur pervers évolue tour à tour dans les différents rôles relationnels qu’a définis Karpan dans son « Triangle Dramatique »: persécuteur – sauveur – victime.

     

    Triangle Dramatique, persécuteur, victime, sauveur

     

     

    - Lire l'article -

     

    La victime attire ce qui lui correspond et ce qui lui manque.
    Le pervers narcissique attire ce qui lui correspond et ce qui lui manque.

    Persécuteur – Victime – Sauveur, les trois rôles sont constamment à la recherche inconsciente les uns des autres.

    C’est un piège relationnel qui se ferme sur la personne à cause de son manque de confiance et d’estime de soi.

     

    Geneviève Schmit - Coaching thérapeutique pour les victimes de manipulateurs pervers narcissiques ©

    Extrait du manuscrit de Geneviève Schmit, experte dans l’aide aux victimes de manipulateurs pervers narcissiques.

    octobre 2015

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu