Avertir le modérateur

communication perverse

  • L’assertivité et l’art de dire les choses

    assertivitéComment dire les choses qui permettront de sortir des impasses relationnelles ? Ça paraît simple mais on s’aperçoit que dès qu’il y a quelque chose d’émotionnel dans la relation, ça bloque ou ça sort n’importe comment ou ça ne sort pas du tout. Très souvent, les tentatives d’explication aggravent le différend relationnel.

     

    Comment s’y prendre pour être écouté ?

     

    Il existe différents registres de communication. Qu’il convient de différencier.

     

    Le premier registre de communication est celui des faits.

    Un fait se définit par son caractère indiscutable. Que cela vous plaise ou non, c’est comme ça. Ce n’est pas une question de point de vue. Napoléon est mort à Sainte-Hélène en 1821. Du coup, le fait permet de se mettre d’accord et on peut donc s’en servir pour dire les choses.

     

    Le deuxième registre à connaître, notamment pour l’éviter, est celui des opinions.

    Autant le fait est indiscutable, autant l’opinion est discutable à l’infini. Chacun peut avoir son opinion sur telle ou telle question. Moi je crois que les vacances à la montagne c’est bien et que Beaubourg c’est moche, voilà. C’est un registre à éviter lorsqu’on a besoin de dire les choses puisqu’il peut prêter à discussions interminables et donc à réfutation et non écoute. Notamment lorsqu’il s’agit d’un différent relationnel.

     

    Car l’opinion comporte un jugement. Juger une situation, ou l’autre ou les deux. Et à démarrer par un jugement, on va aisément bloquer la relation. Ce n’est d’ailleurs pas une mince affaire de laisser de côté le registre des opinions puisqu’il semble que 90 % de nos propos et échanges soient constitués d’opinions et de jugement. Bien pas bien, intéressant pas intéressant, sympa pas sympa, beau pas beau. Blablabla qui nous occupe beaucoup. Pas toujours de façon très utile. « En un mot comment vas-tu ? – Bien ? – Et en deux mots ? – Pas bien. »

     

    - Lire la suite -

     

    Schmit, Pervers narcissique, Manipulateur perversDans l'article un interview de Geneviève Schmit sur:

    Comment l'emprise perverse se met-elle en place?

     

     

     

  • Quand la girafe danse avec le chacal

    quand la girafe danse avec le chacal,cnv,communication non violente,comment parler à un manipulateur,geneviève schmit,rosenberg,marshall b. rosenberg,marshall rosenberg,communication perverse

     Les quatre temps de la Communication Non Violente ou CNV

    Serena Rust
    Editions Jouvence

    Méthode en quatre étapes pour une communication constructive permettant de satisfaire les besoins de chacun de manière harmonieuse et égalitaire. Cette méthode prend racine sur les idées de Marshall B. Rosenberg, qui prône le retour à des relations saines et épanouissantes.

    Lire la suite

  • La Communication Perverse chez le pervers narcissiques

    2237980771_small_1.jpgLe déni du reproche ou du conflit par l'agresseur paralyse la victime qui ne peut se défendre. L'agression est perpétrée par le refus de nommer ce qui se passe, de discuter, de trouver ensemble des solutions.

    Se soustraire au dialogue est une façon habile d'aggraver le conflit, tout en l'imputant à l'autre. Le droit d'être entendu est refusé à la victime.

    Le refus de dialogue est une façon de dire, sans l'exprimer directement avec des mots, que l'autre ne vous intéresse pas ou même qu'il n'existe pas.


    Avec n'importe quel autre interlocuteur, si on ne comprend pas, on peut poser des questions.
    Avec les pervers , le discours est tortueux, sans explication, et conduit à une aliénation mutuelle.
    On est toujours à la limite de l'interprétation.

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu